NAVIGATION
Oyez, oyez chers membres ! Soyez les bienvenus sur Obliviate, votre forum Harry Potter.


LE JOUR DES FONDATEURS
SUJET AD VERITAS
SUJET CLUB DE LA PURETE
SUJET REVOLUTIONNAIRE

Nous recherchons les postes vacants qui se trouvent juste ici pour le futur du forum, et dans les intrigues à venir. Ces postes vacants ne donnent que des grandes lignes et tout reste encore à créer.
LES MEMBRES DU MOIS
Nous sommes fiers de vous présenter les deux membres les plus actifs du mois, il s’agit de Gideon Flamel et de Megara Harkness, nous les félicitons et les remercions pour leur activité !








Partagez | 
 
⊰ MAKE IT RAIN - archie ⊱
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: MAKE IT RAIN - archie   Ven 27 Fév - 23:55



“And the seed needs the water before it grows out of the ground but it just keeps on getting hotter and the hunger more profound. Well I know there can come tears from their eyes but they may as well be in vain even though I know these tears bring me pain " - Ed Sheeran – Make it rain


Il se faisait tard, la journée se terminait et les élèves regagnaient péniblement leur dortoir après le repas dans la grande salle, pas forcément pour se reposer mais pour travailler encore un peu avant d'aller se coucher, tard dans la nuit. Heureusement, nos études étaient passionnantes. J'avais passé une bonne partie de la journée à la bibliothèque et je n'avais pas eu le temps de repasser par le dortoir des Gryffondor avant mon cours  optionnel de potion. Mon sac était donc chargé de bouquin de sortilèges mais également des énorme livre de magie noire que j'avais eu l'autorisation de sortir de la réserve. Je les avais porté toute la journée et je commençais à avoir l'épaule douloureuse à force de transporter dans mon sac ma propre bibliothèque. Les couloirs se vidaient peu à peu mais je n'y prêtais pas attention, j'avais l'esprit ailleurs et les cours ne me permettaient pas de penser à autre chose. Comme pour beaucoup d'élève, j'étais encore très concentrée sur l'attaque du château le soir du bal de Noël. J'étais préoccupé que des gens aient pu percer les défenses magiques que je pensais infaillibles et mis en place par le ministère et l'école, préoccupée qu'ils aient attaqué des élèves, certains n'étaient encore que des gosses. Après tout, nous n'étions tous encore que des gosses, finalement, des étudiants, qu'est-ce qui pouvait bien justifier cette attaque. En bref, qui étaient-ils et que voulaient-ils ? En avions nous finit avec eux ? Quelque chose me disait que non. J'aurais eu besoin de me défouler, pour me vider l'esprit une bonne foi pour toute. Contrairement à la plupart de mes camarades sorciers, et ce qui m'attirait les railleries des autres et surtout de mon frère, j'avais prit l'habitude, depuis quelques années, de faire un jogging, au moins une fois par semaine, autour du lac noir. Personne ne semblait comprendre pourquoi je faisais ça, c'était toujours bizarre de devoir troquer ma robe de sorcière et mon uniforme contre des vêtements de sport. Mais ça me permettait de me maintenir en bonne condition physique, notamment pour le Quidditch mais aussi parce que j'avais toujours pensé qu'il était important d'être en excellente condition. Et aussi parce que j'étais mince et que je tenais à le rester. J'attachais une certaine importance à mon physique, et je n'avais pas de problème avec ça, il n'y avait pas de honte à vouloir être jolie. Après tout, j'étais une demi-vélane. Mais j'étais aussi bien plus que ça, heureusement. Je n'étais « pas qu'un physique », comme on dit. Mais ces dernier temps, je n'avais pas pu entretenir ma bonne habitude de fille parfaite, qui fait toujours attention à tout -ce qui j'en conviens était assez énervant. Je n'avais tout simplement pas le temps. J'avais eu un entraînement de Quidditch chaque soir de la semaine depuis la rentrée. Bientôt, nous jouerions contre les Serpentard, et Brynden se montrait particulièrement exigeant. Nous avions tous très envie de les écraser, après tout notre rivalité n'était plus à prouver. Même l'atmosphère s'en ressentait. Comme toujours, j'étais sur mes gardes, ma place de poursuiveuse dans l'équipe faisait de moi une cible privilégié des adversaires, trop content de pouvoir s'en prendre à « miss préfète parfaite » comme ils m’appelaient.

Un événement inattendu me tira de mes sombres pensées. J'entendis un craquement qui ne présageait rien de bon et les coutures de mon sac lâchèrent, répandant tous mes livres, mes parchemins et mes plumes sur le sol de pierre du couloir du septième étage. Je poussais un soupir las et passais une main dans mes cheveux, d'un geste désespéré. Mon sac était explosé, le cuir était usé, vieillit et les couture fatiguées. Tellement fatiguées qu'elles avaient craquées. Et j'étais à deux doigts de faire pareil. Je tirais ma baguette de l'intérieure de ma cape et la pointait sur mon sac que je réparais en un clin d'oeil. Il fallait absolument que je fasse un tour à Pré-au-Lard pour en acheter un neuf. Si seulement j'avais le temps, entre les cours, la Quidditch, les obligations de préfète en chef et les nombreux clubs auxquels j'adhérais je m'oubliais un peu trop souvent. Je me baissais et ramassais un à un mes livres et mes plumes en les entassant à nouveau dans mon sac, espérant que cette fois, il tienne le coup jusqu'à la salle commune des Gryffondor. J'entendis un bruit sourd derrière moi et je me retournais vivement, sortant à nouveau ma baguette d'un geste sec.



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 201
Célébrité choisie : Dylan O'brien
Disclamers : moué



MessageSujet: Re: MAKE IT RAIN - archie   Sam 28 Fév - 0:58


Plusieurs jours avaient fini par passer depuis l’attaque du bal de Noël, et son épaule ne lui faisait pratiquement plus mal. Celle-ci avait été blessée plusieurs fois au cours de match de quidditch depuis quelques mois déjà, et ces « attentats » n’avaient rien arrangé. Ceux qui agissaient en faisant les forts, les fiers, les invincibles étaient des menteurs, car tout le monde avait peur désormais. Il avait cru être invincible, puis le bal était arrivé, et son lot d’évènement. Mais il devait admettre que malgré tout cela, il s’en était pas mal sorti avec l’aide de la serpentard Daenerys, et de la préfète de gryffindor Léonie, ce n’était pas une mauvaise équipe, ils avaient réussi à en piéger plusieurs avant de finir dans leur étaux. Il avait gardé un bandage à l’épaule plusieurs jours, à cause du poignard, mais aujourd’hui, tout allait bien. Parfois il se réveillait avec une sorte de douleur fantôme dans celle-ci, puis après quelques respirations lentes, elle disparaissait.  A sa grande habitude, il se noyait dans le quidditch pour penser à autre chose – quand le terrain n’était pas disponible on pouvait même le croiser sur les bancs de la bibliothèque à potasser des stratégie en tout genre, il comptait bien prouver aux Poufsouffles qui étaient les meilleurs lors de leur prochains match. Il travaillait jusqu’à tard, mais plusieurs choses occupaient son esprit. Parfois il se repassait le film de l’attaque, cherchant à trouver ne serait-ce qu’un petit indice. Pourquoi son sang ? Pour pas celui de Leonie ? Malfoy était-elle brillante ou assez cinglée pour élaborer un plan de la sorte ? Il penchait pour la première solution, naturellement. Le plan avait été magistral.

Le reste de la journée il n’y pensait pas, il ne pensait pas à grand-chose sauf au prochain entrainement, à la prochaine étape de son entrainement physique. Ce soir-là, il n’avait pas été très causant lors du repas tandis que Gideon lui exposait une théorie très intéressante sur les luxations de l’épaule, et le type de rééducation que son frère devrait faire à ce sujet. Mais en toute sincérité, Archie n’avait pas la tête à cela. Sur son épaule un sac contenant le principal matériel de quidditch, des protections, etc. Il ne s’en séparait presque jamais, et ces derniers temps encore plus. Il était évident que chacun passait à autre à sa façon, son frère s’évertuait à tout vouloir expliquer de façon rationnelle, sauf sa relation avec l’aînée des Sealgair. Il marchait tranquillement dans le but de remonter vers la tour Serdaigle afin de prendre une douche bien chaude avant de se glisser dans son lit pour sombrer dans un sommeil profond. Il avait besoin de dormir tant il remplissait ses journées pour ne pas avoir à penser à autre chose. Perdu dans ses pensées, il entendit la conversation des deux élèves de serpentard devant lui. « Ca peut être sympa. » dit alors celui de gauche à mi-voix en riant. « Cette pauvre vélane ne mérite que ça. » ajouta alors celui de droite tandis que celui de gauche dit alors : « Miss préfète parfaite va avoir un pépin. » Il pouffa tandis qu’Archie mit un certain temps à identifier la personne quelques mètres plus loin dont ils parlaient. Là-bas se dessinait la silhouette de Leonie Pevensie, préfète de Poudlard mais aussi sa camarade de galère à Noël.  Ils parlaient assez fort pourtant, mais elle ne semblait pas s’en préoccuper, c’est alors qu’Archie le vit sortir sa baguette et la pointer rapidement en direction du sac de la jeune sorcière, le faisant craquer sur le coup. Ils se mirent à pouffer sans réellement s’en cacher. Tandis que toujours dans l’indifférence – ou plutôt l’ignorance – elle se baissait pour ramasser le tout. « Pas de chance Miss Parfaite. » dit l’un d’entre eux à mi-voix.

Ils n’avaient sans doute pas vu Archie, ils ne l’avaient sans doute pas entendu quelques pas derrière eux. D’un geste rapide, celui-ci sorti alors sa baguette désarmant le responsable du sac déchirée de la sorcière, et pointant sa baguette sur l’autre. « Ça te fait rire serpillière ? » dit-il assez froidement. Pas qu’il n’aurait pas été du genre à faire cela à Léonie, mais pas de façon aussi sournoise. De plus, les mots de la sorcière lors de l’attaque lui revinrent alors en mémoire, «  Si tu entends quelque chose qui devrait nous faire réagir, quelque chose qui laisse présager un danger et que tu penses que je suis passé à côté de cet indice, dis le moi. », peut-être avait-elle des problèmes pour entendre correctement ou quelque chose du genre, car à cet instant précis, elle était toujours impassible entrain de ramasser ses effets tandis que derrière elle, cela s’agitait pas mal. « T’as un problème Amstrïn ? » dit alors celui qui n’avait pas encore été désarmé en le fixant, il avait cet air suffisant caractéristique de la maison serpentard. « C’est toi mon problème. » répondit-il en faisant preuve d’un calme apparent, et surtout d’une pointe de sarcasme dans la voie. Il voulut sortir sa baguette, sauf qu’Archie fut plus rapide. Le meilleur moyen de surprendre un serpentard condescendant se pensant supérieur à vous est de le prendre par surprise, et de lui faire comprendre que la magie ne fait pas tout. D’un geste rapide, assuré et précis, Archie lui donna un bref coup de poing qui le fit reculer, puis finalement tituber, et tomber lourdement sur le sol. Son camarade ne mit pas longtemps à le faire se relever, tandis qu’il vit le visage de Leonie se tourner dans leur direction baguette à la main, il avait fallu qu’il lui mette une dérouillé pour qu’elle réalise qu’il y avait du grabuge dans l’air. Les deux serpentards ramassèrent leurs effets tandis que le dit serpentard avait le nez en sang, il ne tarda pas à ajouter : « Tu le payera Amstrïn. » Il avait un petit sourire narquois sur le visage, d’un air de dire, ‘c’est ça bien sûr’, puis il posa son regard sur Leonie, levant les mains pour faire mine qu’il n’avait rien fait. « C’est pas moi, j’ai rien fait. » dit-il avec humour. C’était une chose dont il ne parvenait jamais à se défaire, son sens de l’humour – il fallait bien rire un peu. Mais, connaissant Pevensie, il allait peut être finir collé – encore une fois – pour avoir collé un coup de poing à l’un de ses camarades, mais il ne regrettait pas, pire, il l’avait fait pour la bonne cause, enfin pour elle. Cette pensée eut une résonnance bien étrange, comme s’il pouvait faire quoi que ce soit pour elle, ça c’était nouveau.



Remember me for centuries
Some legends are told Some turn to dust or to gold  But you will remember me   Remember me for centuries  And just one mistake Is all it will take We'll go down in history. Remember me for centuries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: MAKE IT RAIN - archie   Dim 1 Mar - 18:25


Durant les périodes de match contre les Serpentard, la rivalité entre nos deux maisons était exacerbée, tous les élèves étaient à cran, et les joueurs des deux équipes en subissaient les conséquences. Les quelques jours avant les matchs, en général, l'infirmerie ne désemplissait pas de Gryffondor et de Serpentard, parfois, les choses en restaient à l'état d'incident, de blague un peu puérile, parfois, les attaques étaient d'une telle lâcheté qu'on frôlait la catastrophe. Mais nous avions l'habitude, après tout, tant de jeunes sorciers enfermés dans une école de magie, c'était un terrain propice pour les accidents. L'année dernière, j'avais faillit ne pas pouvoir jouer le match, je m'étais retrouvé à l'infirmerie après avoir dévalé les escaliers qui mènent au cachot. Je m'en étais tiré avec un poignet cassé et plusieurs coupures et contusions sur tout le corps, ce que Miss Camlann, l’infirmière, avait arrangé en quelques secondes. Cette année, j'étais vigilante, personne ne me priverait du match de l'année. Mais apparemment pas assez vigilante, car en me retournant vivement après avoir réparé mon sac, j’aperçus Archie en excellente compagnie, deux élèves de Serpentard. Je me levais précipitamment, les doigts serréz autour de ma baguette, avec les Serpentard, on était jamais trop prudent. Je m'approchais d'un pas rapide, assez pour entendre l'un d'eux dire Tu le payera Amstrïn. Tiens donc ? Il avait l'air d'avoir le nez cassé et saignait abondemment. Archie y était-il pour quelque chose ? C'était bien ce qu'il semblait en tout cas. Je m'adressais aux vert et argent d'un ton sec. Dégagez avant que je vous colle en retenue jusqu'à la fin de l'année. Tous les deux me jetèrent un regard noir que je leur rendis bien et ils décampèrent en marmonnant quelque chose que je n'entendis pas. Peu importe. Je me tournais vers le Serdaigle, le regard sévère. C'était-il réellement livré à un stupide duel de moldu ? Il leva les mains et se défendit aussitôt. C’est pas moi, j’ai rien fait. Bin voyons. Je suppose que quelques semaines plus tôt, je ne me serais pas posé de question, je l'aurais mit en retenue, ce qui l'aurait énervé et m'aurait beaucoup fait rire. C'était peut être ce que j'allais faire après tout, j'avais toujours refusé de faire deux poids deux mesures, certes si j'étais plus indulgente envers mes amis, quitte à couvrir leurs escapades nocturnes, je pouvais difficilement dire qu'Amstrïn et moi étions amis. C'est pourquoi, avant de prendre une décision je cherchais des explications, une première. Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Je demandais, en quête d'explication. Ce n'était pas mon genre de parlementer, ou même simplement de discuter avec Archie, d'habitude, c'était plus pour nous provoquer, nous menacer voire carrément nous insulter que nous nous adressions la parole. Mais entre temps, il y avait eu le bal de Noël. Je suppose qu'on ne peut pas affronter des hommes masqués qui cherchent à vous faire du mal sans qu'il ne se créé un certain lien. C'était bizarre de penser ça, j'avais toujours méprisé Archie, depuis ma première année, nous n'avions jamais était amis. Et je n'avais jamais aimé Daenerys non plus. Pourtant, dès que j'avais eu l'autorisation de me lever de mon lit d'infirmerie après l'attaque, c'était eux que j'avais cherché en premier. Puis durant l'attaque, j'avais du avouer quelque chose à Amstrïn. En y repensant, je sentis un nœud me serrer l'estomac. J'avais laissé sous-entendre que peut-être je pourrais manquer quelque chose, que j'aurais besoin de son aide. Je ne voulais pas qu'il y pense, j'aurais même aimé que dans la confusion, il est oublié cette demi-confidence. Peu de gens était au courant que j'étais malentendante. Je n'en parlais jamais. Pas que j'avais honte, non, après tout, ma déficience faisait partit de moi, mais elle me rendait également faible, et je détestais ça. Cette faiblesse, cette imperfection, je ne voulais pas qu'on l'utilise contre moi, ou pire qu'on me prenne en pitié, comme une pauvre petite chose fragile et incapable de se défendre. Ne me dis pas que tu lui as collé ton poing sur la figure ? Je suppose que tu as une bonne explication... Pas que ce n'était pas mérité, non, de toute façon, le simple fait que ce genre de type arrive à sourire me rendait dingue et méritait une bonne dérouillée. Mais de là à se battre dans les couloirs du château...



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?


Dernière édition par Léonie Pevensie le Mer 4 Mar - 0:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 201
Célébrité choisie : Dylan O'brien
Disclamers : moué



MessageSujet: Re: MAKE IT RAIN - archie   Lun 2 Mar - 23:23


Il avait cette façon d’être qui pouvait parfois donner aux gens envie de le gifler, c’était aussi ce qui avait tendance à plaire aux filles, sa nonchalance, et son arrogance. Il avait toujours été ainsi, condescendant, arrogant, et ce depuis toujours, sa mère s’arrachait parfois les cheveux quand elle le voyait agir de la sorte. Il avait grandi sur le chemin de traverse – avec des parents absents, puis disparus.  Il était enfant unique, du moins d’adoption car il avait un frère, et récemment il avait découvert qu’il avait probablement une sœur, mais ça, c’était une toute autre histoire. Mais également depuis sa jeunesse, il avait eu une sacrosainte horreur des injustices, et de la violence envers les plus faibles – avec Anthea il avait toujours ressenti le besoin de protéger cette petite boule rousse.  Et dans le couloir, à cet instant, il avait ressenti le besoin de venir en aide à Léonie qui ne semblait pas se rendre compte de ce qu’il se passait – il avait eu l’envie de lui venir en aide, alors qu’avant il ne l’aurait jamais fait. Avant les évènements de Noël, il la considérait comme une pète-sec un peu autoritaire, comme une fille parfaite, se croyant parfaite et au-dessus des autres, mais il avait vu qu’elle était comme lui, humaine, juste humaine. Et le fait de la savoir plus humaine, avec une faiblesse – elle lui paraissait tout à coup bien plus sympathique qu’il n’aurait jamais pu le penser, Léonie était quelqu’un de bien, sans elle, ni lui ni Daenerys ne seraient peut être là, et vice versa, tous les trois on contribuer à leur survie comme une équipe.

La préfète de Poudlard avait fait fuir ses agresseurs – elle ne savait pas que c’était eux qui avaient fait craquer son sac, et peut être lui auraient jeté un sort dans le dos sir Archie n’était pas intervenu. Puis, elle avait reporté son attention sur Archie qui mit alors les mains dans ses poches avec nonchalance, un sourire sur le visage, quand elle dit alors :  «  Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »  Il aurait cru qu’elle allait hausser le ton tout de suite – ainsi elle avait fini par mettre de l’eau dans son vin. C’était la première fois quand elle le prenait sur le fait qu’elle lui demandait une explication, et qu’elle ne disait pas directement « Collé samedi deux heure Amstrïn », il y avait du progrès, il ne savait pas vers quoi cela progressait, mais cela y allait. «  Ne me dis pas que tu lui as collé ton poing sur la figure ? Je suppose que tu as une bonne explication... » Ca il en avait une d’explication, il l’avait fait pour elle – enfin… non c’était le mot, il l’avait fait pour elle. Il esquissa un sourire, il avait toujours ses mains dans ses poches, il avait toujours eut un mépris certain pour l’autorité, et même si Léonie représentait cette autorité, il ne pouvait plus complètement la détester car il l’appréciait quand même depuis. Il avait un peu mal dans la main maintenant qu’il avait collé un poing dans sa gueule à ce crétin – mais ça irait, il avait l’habitude d’être blessé, un peu de glace et cela irait mieux. Il était peut être un serdaigle, cela lui arrivait souvent d’agir sous le coup de l’émotion, et il ne savait pas pourquoi voir Léonie était victime d’un sort lui avait fait réagir si vite – peut-être parce qu’elle lui avait demandé d’être ses oreilles l’autres fois, peut-être.  « Alors je ne te le dis pas. » répondit-il en jouant sur les mots. Il avait une très bonne explication, une très bonne. « L’autre jour tu m’as dit que si j’entendais une menace que tu ne parvenais pas à entendre, je devais te le dire. » Il faisait allusion à ce qu’elle lui avait dit lors de l’attaque, il comprenait alors qu’elle devait avoir des problèmes d’audition ou quelque chose du genre, mais il ne s’étalerait pas là-dessus, cela la regardait, c’était son problème. « J’ai préféré neutraliser la menace à la place, j’espère que tu m’en veux pas. » Il laissa apparaitre sur son visage son plus beau sourire. « Ne me remercie pas, c’est normal. » dit-il simplement en esquissant un sourire, il sorti l’une des mains de ses poches pour remettre son sac sur son épaule.



Remember me for centuries
Some legends are told Some turn to dust or to gold  But you will remember me   Remember me for centuries  And just one mistake Is all it will take We'll go down in history. Remember me for centuries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: MAKE IT RAIN - archie   Mer 4 Mar - 0:40


Je n'avais pas l'habitude de demander des explications à Archie. D'habitude, quand j'avais la chance de le prendre sur le fait, je lui collais un retenue, si possible pendant son entraînement de Quidditch, et c'était tout, l'histoire s'arrêtait là . C'était nouveau pour moi d'attendre avant de prendre une décision le concernant. Et je vis que cela le surprit, je suppose que lui aussi s'attendait à une retenue immédiate et fin de la conversation. Mais il ne s'en plaindrait pas. Si je lui demandais des explications, c'était pour les entendre, si je ne les jugeais pas satisfaisante, ce serait probablement la retenue. Alors je ne te le dis pas. J’eus du mal à retenir un sourire. Ça aussi, c'était une première, Amstrïn me faisait rire, il pouvait donc être autre chose qu'un crétin prétentieux. L’autre jour tu m’as dit que si j’entendais une menace que tu ne parvenais pas à entendre, je devais te le dire. Mon sourire s'évanouit subitement. Il s'en souvenait. Une lueur d'inquiétude passa dans mes yeux sombres, je n'aimais pas quand le cercle de gens au courant de ma déficience s'élargissait. Les professeurs, la direction de l'école n'étaient pas au courant, je ne demandais pas de traitement de faveur, je ne voulais ni aide, ni pitié, je m'étais toujours très bien débrouillé seule et je comptais bien continuer. J’ai préféré neutraliser la menace à la place, j’espère que tu m’en veux pas. Ne me remercie pas, c’est normal. Une fois de plus, je du réprimer un sourire. Ce n'était pas prévu, ne t'inquiète pas. Pour une fois, mon ton n'était pas sec et cassant, plutôt humoristique. C'est vrai que je lui avais demander de me tenir au courant, mais mes propos ne valaient que pour cette soirée bien spécifique et n'avaient pas vocation à être à durée indéterminée. Mais c'était plutôt malin de se justifier ainsi, même si je sentais l'humour sous les propos du Serdaigle. Les Serpentards stupides ne sont pas comptabilisés comme une menace, on devrait établir des règles à notre accord. Répondis-je avec un sourire. Amstrïn ne craignait pas la retenue, pas aujourd'hui en tout cas. Coller son poing dans la figure d'un élève était un motif suffisant pour entraîner des sanctions, mais il existait des dérogations, et c'était le cas ici.

Mais quelque chose continuait de me tracasser. Archie et moi n'étions pas amis. Certes notre relation semblait avoir prit un tournant nouveau après le bal de Noël, mais nous n'en n'étions pas encore à boire des bierraubeurre en riant de tout et rien ou à échanger des cartes de chocogrenouilles. C'était donc difficile de parler de confiance entre nous. Je n'étais pas sereine qu'il commence à s'approcher un peu trop près de quelque chose que j'aurais voulu garder enterrer. Il y a quelques semaine, j'aurais pu me couper un bras pourvu qu'Archie ne soit jamais au courant que j'étais malentendante. Maintenant, c'était trop tard. Peut-être commençait-il à faire certain lien ? Souvent, quand je parlais avec les gens dans un environnements bruyant, j'avais tendance à me concentrer sur leurs lèvres, l'articulation des mots, afin d'être sur de ne rien comprendre de travers. Je m’efforçais d'être discrète. Je jetais un regard en biais au Serdaigle, un silence s'installa entre nous et j'hésitais quelque seconde, me mordant la lèvre inférieure, signe indubitable de trac chez moi. Tu as parlé à quelqu'un de ce que je t'ai dit le soir du bal ? A propos de ce que pouvais entendre ou non ? Finis-je par demander. J'ignorais ce qu'il avait exactement compris, et donc j'ignorais ce que je devais dire ? Devais-je expliquer plus ? Ne rien dire, lui demander de ne pas s'en mêler ? J'en savais rien. Je n'avais pas l'habitude de parler de mon handicap, pas parce que c'était une honte mais parce que c'était une faiblesse.



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 201
Célébrité choisie : Dylan O'brien
Disclamers : moué



MessageSujet: Re: MAKE IT RAIN - archie   Mer 4 Mar - 22:40


Il avait voulu l’aider, juste pour… l’aider. Il commençait à réaliser qu’elle n’était pas seulement la petite préfète parfaite qu’elle disait être, mais elle avait plus de complexité qu’elle ne voulait bien l’admettre. Leonie était l’exemple même que l’on pouvait avoir le sang mêlé avec celui d’une vélane et être une sorcière intelligente, et douée. Jamais Archie n’avait compris cette manie d’avoir le sang pur – ses parents en étaient, et visiblement ses parents (ceux qui lui avaient donné la vie) aussi, c’était ce que son dossier d’adoption précisait.  Même s’il refusait encore de l’admettre, il avait plusieurs fois remarqué son intelligence, mais aussi sa ruse, car elle l’avait collé plusieurs fois en retenu sans qu’il ne s’y soit attendu, et cette fois, il comptait sur sa « gentillesse » mais aussi le fait qu’avec les évènements de Noël elle soit plus indulgente avec lui.  Il ne s’attendait pas à des embrassades non plus.  « Ce n'était pas prévu, ne t'inquiète pas. »  Bien sûr que non elle n’allait pas le remercier, car comme pour lui, cela aurait demandé de prendre sur elle, et sur ce point ils étaient assez semblables, plus que chacun d’entre eux n’aurait voulu l’admettre.  Archie se contenta d’esquisser un sourire, mais cette réponse comptait presque comme un merci si l’on regardait a relation chaotique de ces deux-là.   « Les Serpentards stupides ne sont pas comptabilisés comme une menace, on devrait établir des règles à notre accord. » Elle avait fait l’erreur de sous-estimer des serpentards – une grave erreur qui aurait pu lui faire du mal. Le jeune homme avait toujours une main dans sa poche, et l’autre sur la lanière de son sac. Elle parlait d’accord – c’était peut-être cela après tout. Il avait dit qu’il l’informerait au cas où elle ne pourrait entendre quelque chose – et c’était le cas. Il comprenait peu à peu ce qu’avait la jeune femme, elle devait souffrir d’une déficience auditive, ou quelque chose du genre. Il devait admettre qu’il n’avait rien remarqué, et aussi énervé contre elle pouvait-il être parfois, il n’était pas le genre de personne qui pourraient s’en servir. « Sauf votre respect Miss la Préfète, ils ont causé la rupture de ton sac et s’apprêtaient à te jeter un sort dans le dos. Il serait temps de revoir ta définition de menace. » Il- disait cela avec un sourire.  

Il venait d’admettre la raison du poing dans la figure, parce qu’ils s’en étaient pris à elle. Ce n’était pas parce qu’ils s’en étaient pris à elle, spécifiquement, juste parce qu’ils s’en prenaient à plus faible qu’eux, dans le dos, ce n’était pas loyal.   Il ne voulait pas qu’elle croit qu’il ressentait le besoin de la protéger parce qu’elle avait une déficience ou quoi que ce soit, si ça pouvait lui faire plaisir il continuerait à l’embêter comme avant autant qu’il le pourrait avec les années il avait pris goût à cette compagnie. Il y avait ce silence, il vit alors la jeune fille se mordre la lèvre inférieure, comme si elle était stressée ou quelque chose du genre.  « Tu as parlé à quelqu'un de ce que je t'ai dit le soir du bal ? A propos de ce que pouvais entendre ou non ? »C’était son petit secret à elle – il le savait, et il comprenait qu’elle veuille le garder bien caché, car tout le monde n’était pas comme lui, des serpentards ayant cette information pourraient vouloir s’en servir contre elle, pour la rabaisser, pour la faire plier, pour la piéger. Ces deux serpentards en étaient le parfait exemple, prêt à l’attaquer dans le dos comme si de rien n’était.  « Oh – dit-il d’une mine surprise – cette confession-là. Je croyais que tu parlais du fait que tu m’avais invité à danser. » Il avait son plus beau sourire sur le visage. Il avait le don de vouloir faire de l’humour à tout va –c’était sa façon à lui de détendre l’atmosphère, et de se détendre par la même occasion. Et quand il voyait Leonie à cet instant, il se disait que la détendre un peu ne pourrait pas lui faire de mal, il comprenait sa réaction, après tout ils n’étaient pas amis, et Archie avait appris un truc plutôt secret. « Détends-toi Pevensie, j’serais une tombe. » Il l’avait appelé Pevensie, mais le ton n’était pas la même que dans leur altercation passé, c’était un « Pevensie » plus sympathique, mais sincèrement il ne se voyait pas l’appeler Léonie, cela le perturberait trop, Pevensie cela sonnait tellement mieux. « J’vois pas pourquoi je le ferais – il marqua alors une pause avant d’ajouter –   J’suis pas une ordure de serpentard. » Il était un serdaigle, censé être intelligent et posé, sauf qu’il n’avait que l’intelligence du serdaigle, il n’était pas réellement du genre calme, sauf dans les situations qui l’exigeait, comme lors de l’attaque du Bal de Noël, il avait fait preuve d’un grand calme.



Remember me for centuries
Some legends are told Some turn to dust or to gold  But you will remember me   Remember me for centuries  And just one mistake Is all it will take We'll go down in history. Remember me for centuries.


Dernière édition par Archie M. Amstrïn le Mer 11 Mar - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: MAKE IT RAIN - archie   Mar 10 Mar - 23:46


Etais-je une hypocrite ? Tout le monde savait qu'entre Amstrïn et moi, ce n'était pas le grand amour, et ce depuis notre première année. Pourtant je le voyais un peu moins comme un crétin à la tête étonnamment enflée. Non, ce n'était pas vraiment de l'hypocrisie. Gamine, je détestais le thé. Aujourd'hui je ne pouvais plus m'en passer, ça faisait partis de la vie, on grandissait, notre vision du monde évoluait. Et mon regard sur le Serdaigle changeait lui aussi depuis quelques semaines. On n'échappe pas à un drame sans que des liens ne se tissent. Sauf votre respect Miss la Préfète, ils ont causé la rupture de ton sac et s’apprêtaient à te jeter un sort dans le dos. Il serait temps de revoir ta définition de menace.  Ces mots raisonnèrent étrangement dans mon esprit. J'eus la vague impression que la température venait de chuter brutalement. Je n'avais pas entendu les Seprentard. Je ne l'aurais jamais admit, mais j'étais effrayé. Mon handicap me terrifiait, j'avais peur qu'il ne finisse par s’aggraver un jour ou l'autre. J'avais beau savoir que les choses ne fonctionnaient pas ainsi, que j'étais malentendante et que normalement les choses ne s'aggraverait pas, j'étais perpétuellement inquiète. Dès que je me rendais compte qu'il y avait quelque chose que je n'avais pas entendu, j'avais pour habitude de prendre rendez-vous à Sainte Mangouste, simplement pour me rassurer. Si les choses empiraient, ma vie entière seraient bouleversée. Je devrais dire adieu au Quidditch, adieu à mes rêve d'intégrer la brigade de tireurs d'élite. Et je n'en avais aucune envie. Puis peu à peu, un autre élément s’immisça dans mes inquiétudes. Archie Amstrïn venait de coller son poing dans la figure d'un élève, parce que ce dernier m'avait attaqué, ou du moins voulait m'attaquer.  Depuis quand Amstrïn était-il mon preux chevalier ? Bien malgré moi, cela me tira un sourire à la fois surpris et amusé. Puis je finis par poser la question qui me tenait réellement à cœur.  Oh cette confession-là. Je croyais que tu parlais du fait que tu m’avais invité à danser. Cette fois-ci, je ne pu m'empêcher de rire franchement. J'en apprenais tous les jours, et je venais de découvrir qu'il pouvait faire de l'esprit, voire carrément être drôle. Qui l'eu crut. Je ne t'ai pas invité à danser Amstrïn, tu prend tes désirs pour la réalité, c'est toi qui voulais me prouver quel grand danseur tu fais ! Je ne savais plus exactement quelle version était la vérité, dans la confusion qui avait suivit j'avais eu tendance à négliger tout ce qu'il c'était passé plus tôt dans la soirée.

N'empêche, il ne répondait pas vraiment à ma question et cela me tracassait. J'avais envie de savoir. Après tout, je ne pouvais pas vraiment lui faire confiance. J'avais déjà du mal à me fier aux gens, mais quand en plus il s'agissait de quelqu'un que j'avais toujours catégoriser comme un rival voir un ennemi... Détends-toi Pevensie, j’serais une tombe. Je respirais un peu plus facilement. Sans trop savoir pourquoi, j'avais la sensation qu'il ne mentait pas. Peut-être que je me plantais du tout au tout, mais il avait l'air sincère. Je hochais la tête, c'était le maximum de ce que je pouvais faire, compte tenu de notre vieil antagonisme. J'aurais voulu le remercier, j'entrouvris la bouche mais les mots ne sortirent pas. Du moins pas ceux escomptés. Je suis malentendante. Depuis toujours. Mais je ne veux pas qu'on me traite différemment, qu'on s'en serve contre moi, ou pire, qu'on ai pitié. Dis-je, le regard fuyant. Je ne me rendis compte de ce que je venais de dire qu'une fois ma phrase terminée. Comme si je lui devais des explications, des justifications, comme s'il les avaient mérité. C'était une sensation étrange. Je cherchais du regard un détail pour échapper à cette situation, avant de rougir, ce qui ne ferait que renforcer ma gêne. Je remarquais alors qu'il avait toujours une main dans sa poche. Je fronçais légèrement les sourcils. Tu t'es blessé à la main ? Peut-être en cognant sur l'autre abruti. Sans trop savoir pourquoi, je me sentais mal qu'il se soit blessé en me tirant d'un mauvais pas. Fais moi voir. Dis-je en tendant la main. Je n'étais toujours pas étudiante en médicomagie, mais on ne sait jamais, j'avais quelque notion de base... Même s'il y avait de grande chance que je ne sache pas quoi faire, je pourrais au moins vérifier qu'il n'y avait rien de grave, ça me rassurerait.



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 201
Célébrité choisie : Dylan O'brien
Disclamers : moué



MessageSujet: Re: MAKE IT RAIN - archie   Mer 11 Mar - 23:55


Vu de l’extérieur, on pourrait croire qu’ils flirtaient, ou quelque chose du genre. Mais ce n’était pas le cas (?) – ils avaient une relation assez tumultueuse qui n’avait rien à voir avec du flirt. Dès leur première année, les embrouilles entre eux avaient commencé, à l’époque elle n’était pas encore préfète, mais tous les séparait déjà. Elle la petite gyffindor bien attentive, et lui le serdaigle turbulent qui s’en fichait pas mal des cours et qui n’attendait qu’un seul moment avec impatience : les cours de vol sur balai.  Ils n’étaient pas fait pour s’entendre à la base, et leur relation s’était considérablement dégradé avec le temps, jusqu’à encore très récemment, car si leur échange au bal avait pu paraitre courtois, Archie avait attendu que la préfète fasse un faux pas pour s’en prendre à elle – mais il n’avait pas eu le temps de voir cela arriver. Et puis après tout avait été différent. Je ne t'ai pas invité à danser Amstrïn, tu prend tes désirs pour la réalité, c'est toi qui voulais me prouver quel grand danseur tu fais !  Il était un grand danseur, c’était un fait, il était même plutôt très doué, mais ce n’était pas une facette de sa personnalité qu’il mettait en avant. Il était plus gentleman qu’on ne voulait bien le croire en réalité, bien plus doux, bien plus attentionné, bien plus organisé, bien plus sympathique. Il cultivait cette image de bad-boy briseur de cœur parce que c’était bien plus facile que d’essayer de construire quoi que ce soit avec quelqu’un. Il n’y avait pas grand monde avec qui il arrivait à être lui-même, même en la présence de Gideon tout n’était pas si facile. Mais, cette nuit là lors de l’attaque du bal, Leonie avait peut être pu entrevoir le véritable Archie plus que quiconque, un type plus simple, moins arrogant, et plus soucieux aussi. Il avait fait preuve de calme, et d’intelligence, car il était membre de la maison Serdaigle après tout, il ne fallait pas l’oublier, même s’il se cachait derrière le sarcasme, et l’humour. D’ailleurs, ces deux dernières étaient des armes redoutables pour faire sourire, et il sentait que Léonie avait besoin de cela. « Je ne voudrais pas contredire une préfète, mais j’ai le souvenir que tu voulais que je t’accorde un danse avant que tout ne parte en vrille, Pevensie, je sais ce que j'ai entendu. » dit-il avec un sourire, c’était sa façon à lui de détendre l’atmosphère, il voyait bien que cette histoire de malentendante avait tendance à la rendre nerveuse, et il n’avait pas envie que cela puisse changer quoi que ce soit dans leur « relation », il aimait bien l’embêter, et il ne voulait pas que cela change quoi que ce soit. Il avait simplement envie de détendre l’atmopshère, car celle-ci risquait de devenir pensante, et quoi de mieux que de l’enquiquiner de nouveau. Et pourtant pour une fois, il ne mentait pas, elle avait dit « Archibald Amstrïn, m’accorderiez-vous cette danse ? » Mais, il n’avait pas eut le temps de donner sa réponse, parce que ces foutus hommes masqués étaient venue mettre un terme à la fête. Sincèrement, il ne savait pas ce qu’il aurait répondu, peut-être aurait-il dit oui pour pouvoir s’en servir un jour contre elle pour lui prouver qu’il était un bien meilleur danseur qu’elle semblait le croire, ou peut-être aurait-il dit non, parce qu’elle prenait ses rêves pour une réalité.

Cette nuit-là elle lui avait fait cette confiance, mieux, elle lui avait fait confiance. Il n’aurait jamais cru avoir la confiance de Léonie un jour, il ne l’aurait jamais même espéré, et pourtant, elle là le lui avait accordé, parce qu’elle savait qu’il en ferait bon usage. Mais il ne comptait pas s’en servir contre elle, il n’était pas comme ces serpentards stupides, il avait de l’esprit, et un cerveau.  Je suis malentendante. Depuis toujours. Mais je ne veux pas qu'on me traite différemment, qu'on s'en serve contre moi, ou pire, qu'on ai pitié. D’un certain côté, il la comprenait, lui aussi n’avait jamais voulu être traité différemment. Il ne criait pas sur tout les toits qu’il n’avait plus de parents, à vrai dire, peut être que personne n’étaient au courant, sans doute que Léonie ne le savait pas non plus. Il n’avait jamais voulu en parler parce qu’il ne voulait pas de la pitié des gens, il n’y avait rien de pire que cela. Et dans la voix et le regard de la jeune sorcière, il vit cette même envie de ne pas être prise par pitié. Il n’avait certainement pas agit par pitié, cela ne lui ressemblait pas. « Je suis sans pitié, tu me connais. » dit-il avec son plus beau sourire et « petit connard arrogant », il savait jouer ce rôle à la perfection, et pourtant, il était tellement plus que cela. Il se donnait beaucoup de mal pour être un type peu fréquentable, simplement parce que tout était plus facile quand on ne s’attachait pas à quelqu’un, quand personne ne compte sur vous. Il n’était pas du genre à avoir de la pitié, et s’il l’avait aidé, ce n’était pas par pitié, peut-être par grandeur d’âme, il ne savait pas. Mais il n’avait pas la prétention d’être un sauveur, ça non.  Mais en disant qu’il était sans pitié, il  était sincère et disant qu’il n’avait pas envie de la considéré comme plus faible que lui, et qu’elle était toujours un adversaire de taille, car au fond elle représentait toujours cette autorité qu’Archie détestait. Il n’avait jamais eu l’ambition d’être préfet, ce n’était vraiment pas son truc, et son loisir principal à Poudlard (et ailleurs) était d’enfreindre les règles. Généralement, il le faisait pour l’adrénaline, et parfois, il le faisait pour aider les autres, comme à cet instant en cassant la figure à ces serpentards. Sa grandeur d’âme, sans doute, mais surtout une petite douleur lancinante dans la main maintenant. Tu t'es blessé à la main ?  Dit-elle alors, tout en fronçant légèrement les sourcils. Des fois, il se disait que Léonie devait pouvoir lire dans ses pensées, ou quelques choses du genre, il la soupçonnait d’être legilimens, ou quelque chose du genre, elle savait toujours les choses avec un cran d’avance, comme quand elle savait qu’il allait faire une monstre connerie. Elle lui tendit la main en disant : Fais moi voir. Ce n’était vraiment pas grand-chose, peut-être quelque chose de cassé, et alors ? Archie n’en était pas à sa première bagarre à main nue, ni à ses premiers os à ressouder, il était un grand garçon et avait quelques potions dans sa chambre pour les entrainements, et surtout il avait Gideon qui pouvait s’avéré être très utile quand il s’agissait d’éviter un passage à l’infirmerie. Cette scène pouvait paraitre banale vu de l’extérieur, mais en sachant que pendant dix ans, ils n’ont jamais été capable de se parler calmement, là c’était une première. « C’est rien, une nuit de sommeil et ça ira mieux. » Il agita sa main et la fermant et l’ouvrant machinalement, bon sang il ne put s’empêcher de grimacer un peu devant la douleur, mais ça irait. « J’suis pas en sucre. » dit-il avec un sourire.



Remember me for centuries
Some legends are told Some turn to dust or to gold  But you will remember me   Remember me for centuries  And just one mistake Is all it will take We'll go down in history. Remember me for centuries.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: MAKE IT RAIN - archie   

Revenir en haut Aller en bas
 

MAKE IT RAIN - archie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OBLIVIATE ::  :: le sixième et septième étage-

Sauter vers: