NAVIGATION
Oyez, oyez chers membres ! Soyez les bienvenus sur Obliviate, votre forum Harry Potter.


LE JOUR DES FONDATEURS
SUJET AD VERITAS
SUJET CLUB DE LA PURETE
SUJET REVOLUTIONNAIRE

Nous recherchons les postes vacants qui se trouvent juste ici pour le futur du forum, et dans les intrigues à venir. Ces postes vacants ne donnent que des grandes lignes et tout reste encore à créer.
LES MEMBRES DU MOIS
Nous sommes fiers de vous présenter les deux membres les plus actifs du mois, il s’agit de Gideon Flamel et de Megara Harkness, nous les félicitons et les remercions pour leur activité !








Partagez | 
 
⊰ THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia) ⊱
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 759
Célébrité choisie : haynes.
Disclamers : avatar @mind.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia)   Mer 25 Fév - 23:03


~~~
so i took what's mine, by eternel right
took your soul out into the night
it may be over but it won't stop there,
i am here for you if you'd only care.


Tu étais encore sous le choc de ce qui s'était passé, quelques jours plus tôt, lors du bal de Noël. Et même si tu jouais le grand seigneur indifférent, ce n'était pourtant pas ce que tu ressentais en réalité. Tu étais apeuré, constamment sur tes gardes. Tu avais été visé, ainsi que plusieurs de tes amis, lors de cette attaque. C'était un coup des impurs, tu en étais persuadé. Tu pouvais le sentir jusqu'au plus profond de ton âme. Si les impurs osaient désormais s'attaquer à vous, au sein même de Poudlard, tu ne serais plus en sécurité nulle part. Cependant, tu savais que la famille Gaunt allait réagir. Et plutôt deux fois qu'une. Vous n'alliez pas laisser une telle offense impunie. Ton père devait déjà être en train de mettre le Ministère de la Magie sans dessus, dessous. Cependant, tu ne te sentais pas mieux pour autant. Quelque chose s'était brisé, en toi. Tu t'étais toujours pensé invulnérable. Et cette soirée t'avait prouvé tout le contraire. Tu avais été une victime. Encore un peu et tu te serais mis à supplier misérablement pour ta vie. Heureusement pour ton ego, cette scène embarrassante avait été évitée. Tu t'étais simplement retrouvé à l'infirmerie, plutôt amoché mais sans grande gravité. Mais ton intérieur avait été touché et c'était bien plus douloureux que des côtes cassés. D'ailleurs, tu étais un peu désorienté, depuis le bal. Tout le monde l'avait remarqué même si tout le monde se taisait. Tu restais un prédateur. Un prédateur que personne ne voulait offenser. Tu n'étais plus aussi assidu, en cours et tu avais même quelque peu cessé de te battre avec tout ce qui bougeait. Un peu de répit pour les impurs. Cependant, tu n'allais pas encore pouvoir rester passif bien longtemps. Tu devais redevenir le Gaunt sans foi ni loi. Mais tu ferais tout ça après le petit-déjeuner. Tu n'étais jamais totalement lucide avant d'avoir englouti une quantité ahurissante de nourriture. Tu marchais seul, dans les couloirs déserts de Poudlard. Tu pouvais sentir les regards se poser sur toi, les gens se décaler pour te laisser le passage libre. Et, pour une fois, tu ne jubilais pas tellement. Tu te sentais roi. Mais un roi lasse, avide de connaître de nouvelles choses. Et surtout, avide de pouvoir remonter sur un trône sécurisant. Un silence assez étrange et inhabituel régnait sur la Grande Salle. Les gens n'avaient plus vraiment le cœur à la fête, depuis l'attentat. Et tu ne les comprenais que bien trop. Tu te dirigeas vers l'immense table réservée à ta maison, choisissant de t'installer en face de Felixia – sans vraiment y réfléchir. La jeune femme s'était installée quelque peu à l'écart des autres. Ainsi, vous pourriez vous balancer des vacheries à la figure sans être entendus. Pratique. Tu lui adressas un petit sourire hypocrite en guise de bonjour, avant de te mettre à remplir assidûment ton assiette. « Tu as l'air d'aller mieux, fis-tu d'un coup. » Tu avais été quelque peu inquiet pour Felixia, même si jamais tu ne l'avouerais. Tu n'étais pas passé à l'infirmerie pour la voir, tu en étais incapable. Car tu étais profondément lâche, au final. Même si tu ne le montrais pas souvent. Tu savais que la brune avait été assez amochée par votre course poursuite. Et surtout, tu savais qu'elle avait essayé de t'aider. Un fait dont tu ne te remettais toujours pas. « Au fait, merci pour … Enfin, tu vois quoi. » Ton débit était beaucoup plus rapide que la normal et, pour te justifier et ne pas avoir l'air de t'excuser, tu rajoutas d'un ton suffisant : « Enfin, je comprends. Tu ne pouvais concevoir de laisser une personne aussi extraordinaire que moi ainsi. »


there are no heroes, in life, the monsters win
chaos has come again ✻ no matter what we breed, we still are made of greed. this is my kingdom come. when you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide. don't get too close, it's dark inside, it's where my demons hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


http://obliviate.forumactif.org
avatar






Parchemins envoyés : 1046
Célébrité choisie : Jenna Lousie Coleman
Disclamers : avatar @ moi même - signature @ tumblr




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia)   Mer 25 Fév - 23:40

La nuit avait été longue une fois encore, les cauchemars et l’insomnie s’étaient succédé l’un à l’autre sans arrêt depuis le bal de Noël. Assise dans la grande salle un peu à l’écart des autres élèves, elle avait laissé la place vacante pour que Màirin puisse s’y installer, elle l’avait encore entendu dormir profondément quand elle s’était levée et ne comptait pas sur elle ce matin, mais sait-on jamais. Elle contemplait sa tasse de thé depuis cinq bonnes minutes, elle ne supportait pas le boire brulant, elle l’avait toujours préféré tiède, détestant l’affreuse sensation de ses lèvres brûlées. Mais elle ne craignait pas réellement la douleur, car la sensation des lèvres brûlées ne seraient rien en comparaison de la douleur de la blessure qui avait été la sienne lors du bal. Elle ne se souvenait pas de grand-chose, juste de la douleur, elle se souvenait avoir versé quelques larmes. Elle, la fille qui n’avait pas pleuré depuis si longtemps, elle avait même oublié combien les larmes pouvaient être amères, douloureuses. Depuis les récents événements elle était assez songeuse, sur ses gardes également, la lumière n’avait pas été faite, elle se demandait si elle serait fait un jour. Mais peut-être avait-elle peur de connaitre la vérité, peut être que parfois toutes les choses ne sont pas bonnes à dire. En tête à tête avec sa tasse à thé, elle se passait le film de la soirée en boucle, essayant de comprendre ce qui avait pu se produire. Elle avait la curieuse sensation que sa vie commençait à prendre une direction qu’elle ne pouvait plus contrôler. La veille du bal elle avait été forcée d’admettre et de constater qu’elle était bien moins ordinaire que sa sœur, puis, elle avait été blessée gravement. En souvenir de cette nuit sombre, elle avait jeté sa robe bustier autrefois presque blanche désormais tacheté de son sang.  Elle se disait qu’elle aurait dû la brûler pour « conjurer le sort » mais, c’était du passé.  Il fallait simplement passer à autre chose.

Avec la ferme volonté de penser à autre chose, elle se concentrait sur sa tasse pour se motiver à travailler son cours d’immunologie magique plus tard dans la journée, il fallait bien préparer les prochains examens, et ce n’était pas une blessure qui allait changer quoi que ce soit à sa motivation. Quand elle avait eu onze ans, elle avait reçu sa lettre pour Poudlard encore alitée à Ste Mangouste suite à l’accident qui avait coûté la vie à sa mère, et elle s’était sortie de là avec une seule idée en tête : arriver la tête haute à Poudlard. Il fallait juste se concentrer, passer à autre chose, et garder la tête haute. Sauf que parfois, vous avez beau faire tous les efforts nécessaires pour passer à autre chose, une petite voix vient vous rappeler le pire. « Tu as l'air d'aller mieux. » La voix, elle la connaissait, et tant des « gentillesses » dans le choix des mots, dans l’intonation la surprirent d’avantage, surtout quand on connait la personne dont il s’agit. Elle leva alors ses yeux noisettes vers lui, tandis qu’il s’asseyait en face d’elle. Elle était parée à recevoir n’importe laquelle de ces vacheries, même si elle n’était pas aussi solide qu’à leur dernière rencontre musclée, qui s’était soldée par un Ramsay Gaunt poussé à bout qui avait commencé à sortir de ses gonds. Elle était plus fragile qu’elle ne l’avait jamais été face à lui, mais ce n’était pas une raison de le montrer. « On dirait bien. » finit-elle seulement par dire avec un mince sourire.  C’était plutôt rare qu’ils se retrouvent tous les deux à la table du petit déjeuner, surtout sans Andreas pour jouer les arbitres, ou sans Màirin pour faire quelques petites remarques désagréables à l’encontre de Ramsay, ou de qui que ce soit. C’était assez inconfortable de ce retrouvé face à lui, de bon matin, elle n’avait pas le temps d’enfier correctement son épaisse carapace. « Au fait, merci pour … Enfin, tu vois quoi. »  Il parlait si vite, son flot de paroles trahissait son malaise, car Ramsay Gaunt venait de remercier quelqu’un, ce n’était pas une mince affaire. « Enfin, je comprends. Tu ne pouvais concevoir de laisser une personne aussi extraordinaire que moi ainsi. » Elle ne put s’empêcher de laisser un petit sourire narquois s’afficher au coin de sa bouche, il fallait toujours que son égo vienne gâcher le moment qui aurait pu et dû faire de lui un type respectable. Elle n’était pas dupe, jamais il n’aurait fait le même geste envers elle. Si elle l’avait fait, c’était pour plusieurs raisons, la première était parce qu’elle avait de l’affection pour Andreas – leur ami respectif – ensuite parce que pour l’instant Gaunt était bien plus utile vivant que mort, et que gravement blessé, il aurait joué les martyrs et fait privatiser l’infirmerie. Le seul point positif aurait été qu’elle l’aurait bu gémir comme une fille.  « Je ne pouvais pas te laisser mourir en martyr, ça aurait flatté ton égo. » Elle esquissa un sourire, et tout en portant sa tasse à ses lèvres, elle souffla délicatement sur la surface, provoquant quelques petites vaguelettes infiniment petites. Puis, elle but une petite gorgée, avant d’ajouter avec un sourire sarcastique sur le visage : « Et maintenant tu m’en dois une. »



you saw her beauty but
not the iron underneath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 759
Célébrité choisie : haynes.
Disclamers : avatar @mind.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia)   Jeu 26 Fév - 22:30


~~~
so i took what's mine, by eternel right
took your soul out into the night
it may be over but it won't stop there,
i am here for you if you'd only care.


« On dirait bien. » Elle se moque de toi, la vile. Un mince sourire étire ses lèvres carmins. Elle n'est jamais plus belle qu'en cet instant, même si tu ne l'avouerais pas, même sur ton lit de mort. Elle semble grandement satisfaite de te voir te conduire ainsi. Et tu sens la colère monter quelque peu en toi. Elle doit jubiler, de te voir comme cela. Tu as appris à connaître Felixia, depuis le temps que vous vous chamaillez. Et, en vérité, elle t'est très semblable. Même si, encore une fois, tu préférerais te séparer d'une de tes mains plutôt que de l'avouer. Tu aimes arguer à quel point tu n'aimerais pas ressembler à quelqu'un comme elle. Pourtant, la réalité joue contre cette affirmation. « Je ne pouvais pas te laisser mourir en martyr, ça aurait flatté ton égo. » Tu grimaces, agacé, alors qu'elle esquisse un petit sourire satisfait. Felixia et toi ne communiquiez jamais autrement que par des pics qui allaient de la simple taquinerie au plaisir violent de blesser l'autre. Et cette dernière possibilité était la plus habituelle. Felixia se montrait sympathique et attentive avec Andreas et toi, tu ne passais pas ton temps à lui chercher des poux. Mais pourtant, toute bonne entente disparaissait lorsque votre ami quittait la pièce. Vous deveniez alors deux chiffonniers. Les gens avaient tendance d'ailleurs a fuir rapidement lorsque c'était le cas. Ils savaient que c'était dangereux de rester à proximité lorsque vous entriez tout les deux dans une rage folle. Tandis que tu ingères des quantités monstrueuses de nourriture, Felixia s'occupe avec sa tasse. Un silence s'installe quelque peu sur vous et c'est relativement agréable, pour une fois. C'est d'ailleurs même probablement une première. C'est quelque peu apaisant. Mais tu ne le lui dirais jamais, ô ça non. « Et maintenant, tu m'en dois une. » Tu tousses alors, manquant de t'étouffer avec ton pancake. Et la plupart des regards se tournent alors sur toi, se demandant ce qui peux bien être à l'origine d'un tel raffut. Toi, lui en devoir une ? Ah ça non, jamais. Ta fierté en mourrait, tu en étais certain. « Excuse moi, j'ai du mal comprendre. » Tu secoues la tête, fixant alors ton regard sur la jeune femme. Finalement, le calme allait être de courte durée. « Je t'en devrais une, ma chère, si tu m'avais rapporté en un seul morceau. Or, ce n'était pas le cas. Alors j'estime ne rien te devoir du tout. » Cette journée allait être mauvaise, très mauvaise, tu pouvais le sentir. Tu allais être d'une humeur de chien, à cause de cette altercation matinale. « Dieu ce que tu peux être présomptueuse parfois Sealgair. Ne t'érige donc pas en sauveuse, s'il-te-plaît. »


there are no heroes, in life, the monsters win
chaos has come again ✻ no matter what we breed, we still are made of greed. this is my kingdom come. when you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide. don't get too close, it's dark inside, it's where my demons hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


http://obliviate.forumactif.org
avatar






Parchemins envoyés : 1046
Célébrité choisie : Jenna Lousie Coleman
Disclamers : avatar @ moi même - signature @ tumblr




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia)   Jeu 26 Fév - 23:21

Pour vous le dire franchement, Felixia n’était pas du matin, elle avait besoin de son temps de calme pour se réveiller, et pour émerger tranquillement. Quand elle commençait la journée du mauvais pied, elle était exécrable pour le restant de la journée. Et cette rencontre matinal avec Ramsay Gaunt allait réellement lui gâcher la journée. Parfois… elle se disait que ce plan à la mords-moi le nœud de vouloir connaitre Gaunt pour l’atteindre d’une manière ou d’une autre, car cela mettait ses nerfs à assez rude épreuve.  Il était insupportable, parfaitement insupportable. « Excuse moi, j'ai du mal comprendre. »  Il avait failli s’étouffer avec son pancakes, tant mieux pensa-t-elle alors. Cela attira les regards vers eux, les gens complètement paniqué à l’idée que Ramsay Gaunt et ceux qui feraient un feu de joie si cela devait arriver. « Je t'en devrais une, ma chère, si tu m'avais rapporté en un seul morceau. Or, ce n'était pas le cas. Alors j'estime ne rien te devoir du tout. »Il osait se plaindre de ne pas avoir été ramené en un seul morceau à elle ? Elle qui avait manqué de mourir, elle avait perdu tellement de sang qu’elle était restée presque deux jours entiers à l’infirmerie, et aujourd’hui encore elle se sentait fatiguée, et pas encore au sommet de sa forme. Son flanc lui faisait encore mal parfois, surtout la nuit, c’était une sorte de douleur fantôme qui allait et venait. Elle le fixait, assez incrédule, ayant une envie de le gifler.« Dieu ce que tu peux être présomptueuse parfois Sealgair. Ne t'érige donc pas en sauveuse, s'il-te-plaît. »Elle fulminait de bon matin, mais elle n’avait pas la patience dont elle avait fait preuve la dernière fois. Elle ne s’érigeait pas en sauveuse, elle était sa sauveuse, cela faisait là une sacrée différence, si elle n’avait pas voulu l’aider, il aurait eu une bonne raison de se plaindre d’être blessé, mais là ce n’était rien.

« Le fils chéri à son papa a été blessé. » dit-elle avec une mine faussement désolé, la même mine que l’on fait lorsque l’on dit ‘on mon dieu ce petit chien est magnifique’ mais naturellement, c’était de l’ironie. Elle le trouvait tellement arrogant de dire qu’il avait été blessé alors que cela n’avait été qu’une petite égratignure de rien du tout.  Elle le trouvait tellement méprisable quand il s’y mettait, elle avait simplement envie de lui mettre une gifle digne de ce nom, chose que sa mère aurait dû faire quand il était plus jeune pour lui apprendre à parler aux autres avec plus de respect. Elle était arrogante mais avait été élevé en apprenant le respect, si elle avait manqué de respect à qui que ce soit, son père le lui aurait fait passer l’envie de recommencer, et quand elle manquait de respect pour sa sœur, elle le regrettait systématiquement. Ramsay Gaunt était un gosse pourri gâté qui avait besoin d’apprendre à vivre. Elle esquissa un sourire narquois avant d’attraper son verre de jus d’orange posé sur la table. A côté les élèves de serpentard discutaient et avaient été intrigué par Ramsay manquant de s’étouffer face aux paroles de la jeune femme. Elle fit mine de porter son verre à ses lèvres quand soudainement elle jeta le contenu de celui-ci à la figure de Ramsay. « Et toi tu as le QI d’un elfe de maison. » lâcha-t-elle alors froidement. « Ta suffisance me donne envie de vomir, Gaunt. » dit-elle alors en reposant bruyamment son verre sur la table, elle se fichait que toute la grande salle ait assisté à la scène ou non, elle se fichait de savoir ce que les gens pourraient penser. « Ton égo est surdimensionné, mais ai au moins la décence de penser à ceux qui ont réellement été blessé, crétin. » Elle le fixait avant de ramasser son sac sur le sol, rempli de livres. Elle n’avait pas envie de s’éterniser à ses côtés, elle avait d’autres chats à fouetté, et s’en était assez pour une matinée. Elle sortait rarement de ses gonds, mais quand il s’agissait de blessures… elle ne pouvait pas faire autrement. Elle avait été blessée, mais beaucoup de monde l’avait été au moins réellement, et toujours plus que lui. Sa blessure, ce n’était rien, certains avaient failli y passer, et il agissait comme toujours : comme un enfant gâté. Il venait d’agir avec suffisance en déclarant qu’il avait été blessé, et les murs de la grande salle avaient des oreilles, et la jeune femme était persuadée qu’elle n’avait pas été la seule irritée par ces propos.  Elle se leva alors du banc sur lequel elle était assise, et ajouta alors froidement : « La prochaine fois, je te laisserais te noyer dans ton propre sang, ça sera épique. » Elle esquissa son plus beau sourire faux avant de mettre son sac sur son épaule, et de faire volte-face.



you saw her beauty but
not the iron underneath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 759
Célébrité choisie : haynes.
Disclamers : avatar @mind.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia)   Lun 2 Mar - 21:34


~~~
so i took what's mine, by eternel right
took your soul out into the night
it may be over but it won't stop there,
i am here for you if you'd only care.


« Le fils chéri à son papa a été blessé. » Elle faisait mine d'être désolée, mais tu savais lire au travers de son masque. Tu la connaissais depuis des années maintenant, tu savais déchiffrer ses véritables ressentis par rapport à la situation. Tu connaissais les détails de ses mimiques et des lueurs qui brillaient dans ses yeux. Tu avais eu le temps de l'étudier. Tu l'avais même provoquée consciemment afin de tester ses réactions. Felixia avait été une sorte d'expérience, pour toi. Elle t'intriguait énormément. Dès la première fois où tu avais posé les yeux sur cette petite brune, quelque chose t'avait interpellé en elle. Tu ne savais pas ce que c'était, mais c'était bel et bien là. Indéniablement. Cependant, tu fus rapidement tiré de tes pensées lorsque la jeune brune te lança le contenu de son verre à la figure. Alors même que tu essuyais rapidement ton visage grâce à ta serviette, tu sentis la colère exploser en toi. « Et toi, tu as le QI d'un elfe de maison. » Elle était en colère, elle aussi. Mais pas autant que toi. Oh ça non. « C'est toujours mieux que toi ! La première fois que je t'ai adressé la parole, j'ai cru avoir à faire à une simple d'esprit. Et encore, je suis miséricordieux envers toi, hurlas-tu à sa suite. » Tu t'étais redressé, la dominant de toute ta hauteur. Tu avais véritablement envie de frapper son adorable visage d'ange. Ce visage si menteur. Car Felixia n'avait rien d'un ange. Oh que non. C'était plutôt la digne enfant du diable. « Ta suffisance me donne envie de vomir,  Gaunt. »  Elle hurlait à son tour et tout le monde vous regardait, désormais. Mais tu t'en fichais. Toi qui d'ordinaire prêtait attention à ne pas éclater en public, tu laissais toutes les conventions sociales de côté. Tu étais totalement submergé par ta haine. Tu ricanas méchamment, la foudroyant du regard par la même occasion. « Ton égo est surdimensionné, mais ai au moins la décence de penser à ceux qui ont réellement été blessés, crétin. » Elle ramassait ses affaires et tu continuais de te murer dans le silence, attendant l'occasion propice. « La prochaine fois, je te laisserais te noyer dans ton propre sang, ça sera épique. » Elle t'adressa un énième sourire avant de tourner les talons. Cependant, tu savais que la provoquer la ferait rester. Et tu n'allais pas t'en priver. « Oh voyez donc, qui joue la martyre désormais ? Peut-être devrions-nous tous te remercier Felixia ? Crois-tu donc être une héroïne ou quelque chose comme ça ? Ne te leurre pas trop, avoir pris un coup ne fait pas de toi une déesse. » Tu hurlais au beau milieu de la Grande Salle et tu te demandais à quel moment les professeurs allaient décider d'intervenir. Avant que l'un de vous deux gise dans une mare de sang, de préférence. « Et pourquoi m'as-tu secouru après tout, puisque tu me détestes tellement, hein ? Dis-le, Sealgair. Pour que l'on loue ton courage incroyable ! Tu fais mine de ne pas y toucher, mais tu ne demandes pas mieux que d'être au centre de l'attention. »


there are no heroes, in life, the monsters win
chaos has come again ✻ no matter what we breed, we still are made of greed. this is my kingdom come. when you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide. don't get too close, it's dark inside, it's where my demons hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


http://obliviate.forumactif.org
avatar






Parchemins envoyés : 1046
Célébrité choisie : Jenna Lousie Coleman
Disclamers : avatar @ moi même - signature @ tumblr




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia)   Lun 2 Mar - 21:56

Elle était furieuse, et de bon matin en plus. Elle n’était pas le genre de personne qui aimait exposer ses relations et ses problèmes à tout le monde, mais cette fois ci, le règlement de compte aurait lieu au beau milieu du petit déjeuner de bon matin dans la grande salle bondée, elle s’en fichait. Gaunt avait le don de provoquer chez elle des colères qu’elle ne pouvait même pas soupçonner, il avait le don de la mettre hors d’elle plus que n’importe qui. « C'est toujours mieux que toi ! La première fois que je t'ai adressé la parole, j'ai cru avoir à faire à une simple d'esprit. Et encore, je suis miséricordieux envers toi. » Quand elle l’entendit dire qu’il était miséricordieux envers elle, elle crut qu’elle allait s’étouffer. Elle avait envie de le gifler, mais elle avait fait preuve d’assez de violence comme cela en lui jetant un verre à la figure, elle aurait dû jeter le verre avec son contenu au moins ça aurait servi à quelque chose.  Elle se souvenait de leur première rencontre, et c’était lui qui lui avait paru être un simple d’esprit, elle avait mis cela sur le compte du fait que ses parents étaient probablement cousins, ou quelque chose du genre. « Oh voyez donc, qui joue la martyre désormais ? Peut-être devrions-nous tous te remercier Felixia ? Crois-tu donc être une héroïne ou quelque chose comme ça ? Ne te leurre pas trop, avoir pris un coup ne fait pas de toi une déesse. » Elle devait admettre qu’il avait de sacré talent d’orateur – il hurlait au beau milieu de la grande salle, si cela continuait comme ça elle allait finir par lui sauter à la gorge, et des professeurs allaient être forcé d’intervenir. Dans un coin de la salle, elle avait vu Gideon les fixer, peut-être même qu’à la table des gryffindor sa sœur était scandalisé, ou quelque chose du genre. Toute sa vie, Felixia avait fait attention à ne pas faire de vague pour ne pas faire de l’ombre à sa sœur, mais cette fois s’en était trop, elle fixait Rasmay, chacun d’un côté de la table des serpentard, d’ailleurs heureusement qu’il y avait cette table entre eux, car elle aurait pu lui sauter à la gorge. « Et pourquoi m'as-tu secouru après tout, puisque tu me détestes tellement, hein ? Dis-le, Sealgair. Pour que l'on loue ton courage incroyable ! Tu fais mine de ne pas y toucher, mais tu ne demandes pas mieux que d'être au centre de l'attention. » Elle ne savait pas pourquoi elle l’avait secouru, elle l’avait fait c’est tout. Elle avait pensé à Andreas qui lui en aurait voulu si elle n’avait rien fait, et elle se disait qu’un jour, il lui revaudrait peut être ça, un service est un service. Mais parti comme c’était parti, jamais il ne lui rendrait un service, il avait un égo trop important, trop encombrant. « Pourquoi je t’ai aidé ? Parce que j’ai eu la faiblesse de vouloir être sympa pour une fois, mais soit certain que cela ne se reproduira jamais. » Elle marqua une pause, et ajouta froidement, « Je n’ai pas la prétention d’être courageuse, je suis seulement quelqu’un qui a voulu faire une bonne action, mais peut être que te laisser crever et hurler comme une fillette aurait rendu un meilleur service à la société. » Puis, elle laissa échapper un rire nerveux, « Garde ton attention, garde l’attention des autres, contrairement à toi, je n’ai pas besoin de cela pour vivre. » Elle esquissa son plus beau sourire faux, et lui tourna alors le dos. Elle s’était emportée, mais c’était un sourire sur le visage qu’elle partait de la grande salle, comme si lui avoir jeté ces horreurs et ces vérités au visage lui avait fait un bien fou. Elle fit alors volteface pour ajouter avec un sourire simple sur le visage : « Reste avec ton arrogance, ta suffisance, et ton attention, parce qu’ils resteront tes seuls amis. » Puis, elle se retourna pour quitter la pièce, l’air apaisée pour la première fois depuis longtemps après une dispute avec Rasmay c’était peut-être leur dernière dispute car après cela, elle n’avait plus envie de s’embêter à faire quoi que ce soit, au diable Ad-veritas, au diable cette pseudo mission, elle s’en fichait.



you saw her beauty but
not the iron underneath
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia)   

Revenir en haut Aller en bas
 

THESE VIOLENT DELIGHTS HAVE VIOLENT ENDS. (ramixia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OBLIVIATE ::  :: le rez-de-chaussée :: la grande salle-

Sauter vers: