NAVIGATION
Oyez, oyez chers membres ! Soyez les bienvenus sur Obliviate, votre forum Harry Potter.


LE JOUR DES FONDATEURS
SUJET AD VERITAS
SUJET CLUB DE LA PURETE
SUJET REVOLUTIONNAIRE

Nous recherchons les postes vacants qui se trouvent juste ici pour le futur du forum, et dans les intrigues à venir. Ces postes vacants ne donnent que des grandes lignes et tout reste encore à créer.
LES MEMBRES DU MOIS
Nous sommes fiers de vous présenter les deux membres les plus actifs du mois, il s’agit de Gideon Flamel et de Megara Harkness, nous les félicitons et les remercions pour leur activité !








Partagez | 
 
⊰ INTRIGUE - LE JOUR D'APRES ⊱
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 23
Célébrité choisie : ahaha.
Disclamers : gallifreys.





MessageSujet: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Lun 16 Fév - 23:18



⊰ LE JOUR D'APRES ⊱
▫️ HOW MORGANE WILL STOLE CHRISTMAS ? ▫️



La nuit avait été très mouvementée, très mouvementé. Plusieurs élèves avaient directement été envoyé à Ste Mangouste tout comme la directrice de Poudlard dont personne n’avait plus de nouvelle depuis son attaque. Toutefois, la grande salle a été transformé en camp de fortune où les apprentis médicomage valide ont été réquisitionné avant l’arrivée de soignant en provenance de Sainte Mangouste, partout dans les couloirs une bonne dizaine d’aurors patrouille. La nuit a été très longue, et très éprouvante, les dortoirs ont été scellé jusqu’à que chacune des pièces du château soit fouillée. Les élèves avaient pour consigne de ne pas s’éloigner de l’infirmerie, et de rester au premier étage, tandis que des membres du ministère, et quelques professeurs s’afféraient à l’étage du dessous pour remettre un peu d’ordre et essayer de comprendre comment les défenses de Poudlard avaient pu être aisément contournées.

Dans l’infirmerie, on peut voir les élèves les plus blessés encore alité, en plus ou moins bon état. Au fond de l’infirmerie, on peut voir Daenerys Malfoy qui est assise dans son lit, avec un bandage au niveau de l’épaule, celle-ci est encore très douloureuse, mais les dégâts du sortilège ont pu être stoppé avant qu’il ne puisse faire d’avantage de dégâts. Ses yeux sont assez creusés car elle n’a pas réussi à fermer l’œil de la nuit.  Dans le lit voisin Archie Amstrïn  a également l’épaule bandé à cause du poignard qui y a été enfoncé, et une plaie sur son front vient tout juste d’être suturé à l’aide de quelques points, rien de bien grave, il attend juste le feu vert de l’infirmière pour sortir, bien que son épaule est tendance à le lancer par moment. « Voici votre bon Amstrïn, prenez votre temps pour vous lever, si vous sentez que la tête tourne rester assis, si quelques choses ne va pas, appelle au secours. » dit-alors l’infirmière en déposant le précieux bon permettant de sortir de l’infirmerie sur le lit, et elle disparut pour poursuivre ses visites.  Assise sur le rebord d’un lit, Leonie Pevensie peu enfin posé le pied sur le sol, elle qui s’est cassée la jambe dans sa chute a retrouvé l’usage de ses jambes après qu’un élève en médicomagie peu avertie lui ai fait disparaitre l’os dans l’urgence, l’infirmière a donc dû le faire repousser en une nuit, la jeune femme n’a pas fermé l’œil de la nuit à cause de la douleur, mais maintenant dans ses mains, elle la précieux sésame pour sortir enfin de l’infirmerie. Il n’est pas fâcheux de dire qu’Aries Lascius est dans un sale état, et ce pour plusieurs raisons, sans doute parce qu’il a chuté la tête la première sur un sol gelé, et la seconde parce que dans une nuit, c’est la pleine Lune et que les effets de celle-ci se font ressentir. Il n’a plus grand-chose, la commotion cérébral étant réparé, c’est avec impatience qu’il attend le précieux bon de l’infirmière, assit sur le rebord de son lit.   « Restez tranquille Miss McKintyre – restez couchée ! » Dit-alors l’infirmière, en lui tendant une fiole à boire, « Et buvez cela jusqu’à la dernière goutte, cela fera cessé les étourdissements. » La voix assez sèche de l’infirmière qui partit une fois qu’Ashling McKintyre saisi la fiole pour en boire le contenu, blessée gravement par un sortilège elle avait sombré dans l’inconscience, et à son réveil alors que complètement guérie de blessures physiques, elle souffrait d’étourdissement. Sur le lit voisin, un bandeau sur les yeux, Eliott Flint était dans le noir complet depuis hier au soir, car même s’il avait pu ralentir les effets du sortilège celui-ci avait fini par lui causer une cécité complète. On lui avait placé un bandeau imbibé d’un mystérieux mélange qu’il ne devait retrier sous aucun prétexte. Alors c’était allongé sur le dos qu’il n’avait pas réussi à trouver le sommeil dans le tumulte de l’infirmerie.  Il put sentir l’infirmière passer près de lui, et entendre un verre se déposer sur la table à côté de lui, puis, « Vous pouvez retirer le bandeau Mr Flint, la vue va revenir progressivement, et buvez donc ceci, ça vous redonnera des forces. » Il put voir un sourire se dessiner sur le visage de l’infirmière qui disparut alors de nouveau dans le tumulte.  Assit sur le rebord de son lit avec un verre de potion à la main, on pouvait voir Gideon Flamel grimacé, tandis que l’infirmière dit alors en passant : « Buvez Flamel ! » Sa voix était assez sèche, mais il le fallait. Son bras était alors bandé, et immobilisé le long de son corps, les côtes avaient été ressoudé en un rien de temps – la douleur était lancinante mais il se sentait frais, et tout guilleret. Il devait garder ce bandage plusieurs jours, mais il ne pouvait hélas pas encore quitter ces quelques murs. « Oh cessez-donc de vous plaindre Miss Harkness vous n’êtes pas à l’agonie ! » cracha alors l’infirmière en lui tendant le fameux bon de sortie qua tant désirait avoir. Cedrella Harkness avait un bandage à la cheville mais celle-ci avait été réparé rapidement pendant la nuit, elle avait été sous surveillance jusque-là à cause d’une légère commotion  à la tête. Au fond, on trouvait les cas les plus lourds, Cole Morgenstern avait la jambe qui le lançait terriblement. Bien que la blessure ne fut pas magique, il se trouve que des élèves en médicomagie ont échoué à lui donner les premiers soins, c’est après s’être occupé de cas plus lourd que l’infirmière a débarqué, laissant la plaie douloureuse, et difficile à traiter. Couché sur le dos, il lui avait été administré quelques tranquillisants pour neutraliser la douleur, il pouvait sentir sa jambe le brûlé, signe que la cicatrisation magique faisait son chemin.  Dans un lit au fond de l’infirmerie, Felixia Sealgair est encore couchée sur le dos, les yeux mi-clos, lourdement blessée aux côtes, et au ventre, elle se remet doucement de ses blessures, mais le sortilège qui les a causé à fait pas mal de ravage et le corps met du temps à s’en remettre.  La douleur sur son flanc et encore vive, elle peut toutefois bouger et essayer de s’asseoir dans son lit, mais comme encore quelques élèves elle n’est pas prête d’avoir la fameux bon lui assurant une sortie de l’infirmerie.

Les autres sont sorti de l’infirmerie un peu plus tôt. Ils ont été les premiers guérit de leurs blessures, ou bien que très superficiellement touchés.  Les autres sont sortis de l’infirmerie un peu plus tôt. Ils ont été les premiers guérit de leurs blessures, ou bien que très superficiellement touchés. Ils peuvent désormais rendre visite à qui ils souhaitent dans l’infirmerie tout en étant le plus silencieux possible naturellement, vous ne voudriez pas que  Miss Camlann vous colle en retenue pour les vacances de Noël. Ils peuvent aussi venir se plaindre à l’infirmerie pour des maladies imaginaires – ou plus sérieuse. Toutefois, vous êtes en bonne santé, profitez en bien.

LES PENSIONNAIRES DE L'INFIRMERIE :
- Daenerys Malfoy (alitée)
- Archie Amstrïn
- Leonie Pevensie
- Aries Lascius (alitée)
- Felixia Sealgair (alitée)
-  Ashling McKyntire
-  Eliott Flint   (alitée)
- Gideon Flamel
- Cole Morgenstern (alitée)
- Cedrella Harkness

Si la mention ‘alitée’ n’est pas ajouté derrière votre pseudo, vous pouvez vous déplacer comme vous le souhaitez dans l’infirmerie, mais si vous n’avez pas le fameux sésame, pas la peine de passer le cerbère de la porte de concierge qui fait le pied de grue devant l’infirmerie, vérifiant chaque sortie.
LES VISITEURS / LES RESCAPES :
- Lysander Pevensie
- Ramsay Gaunt
- Crescentia Gaunt
-  Arista McKinnon
- Megara Harkness
- Cato Caellaigh
- Toi, plus moi, plus lui, plus tout ceux qui le veulent. - si vous souhaitez rejoindre l'intrigue, postez simplement, on vous accueillera à bras ouvert !

Vous êtes sorti de l’infirmerie avec le précieux sésame, et vous venez rendre visite à vos camarades, merci de rester silencieux, vous pouvez aussi vous plaindre de douleurs (pas réelles, vu que vous êtes guéri), bref, faite ce que bon vous semble.

COMMENT CA MARCHE ?
C’est simple, nous sommes le lendemain de l’attaque, et personne ne sait ce qui a pu se passer, personne ne sait qui sont les mystérieuses personnes qui ont attaqué le château. Personne n’a aucune nouvelles de la directrice de Poudlard, et les personnages ayant été saigné par les assaillants trouvent cela étrange. L’heure n’est peut-être pas encore aux questions, mais l’heure est de saisir la chance que vous avez eu d’être encore en vie, et permet de remettre en cause l’égo des sorciers jeunes, leur faisant comprendre qu’ils ne sont pas invincibles. Le nombre de mot maximum est encore fixé aux alentours de 400 mots pour la fluidité des réponses. Les réponses se feront dans un sujet commun, l’infirmerie étant une pièce unique, et pas forcément ultra spécieuse – alors il n’y a pas de place pour une véritable intimité, et encore moins pour les oreilles indiscrète. Alors, allez-y, postez, faites bien attention aux postes de tout le monde, car tout le monde peut interagir avec tout le monde. Postez à la suite, camarades.

OBLIVIATE 2014 - PROPRIETE DE GALLIFREYS & MALFOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


http://obliviate.forumactif.org
avatar






Parchemins envoyés : 1046
Célébrité choisie : Jenna Lousie Coleman
Disclamers : avatar @ moi même - signature @ tumblr




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Lun 16 Fév - 23:51

Les paupières closes, elle sentait la lueur du jour percer doucement à travers ses prunelles encore fermées.  Elle avait cette curieuse sensation d’être comme anesthésié, et celle de sortir d’une soirée bien arrosée, comme si la gueule de bois était associé à des douleurs le long de ses côtes. Quand elle ouvrit les yeux elle vit d’abord le visage de l’infirmière puis sombra rapidement dans les bras de Morphée après une injection dans son bras. Plus tard, elle s’était réveillée, on lui avait expliqué qu’elle avait été  blessée, qu’elle ne devait pas bouger à cause de a blessure encore cicatrisante. Elle était encore couchée sur le dos, elle se sentait terriblement fatiguée, et dés qu’elle tenait de bouger un peu, elle sentait un douleur traverser son ventre. Presque isolée au fond de l’infirmerie dans une partie un peu plus calme, elle pu voir qu’autours d’elle, seul les plus gravement blessé s’y reposaient. Elle se hissa avec difficulté sur ses coudes pour essayer de s’asseoir dans son lit, cherchant quelqu’un qu’elle connaissait des yeux. Elle détestait être alitée, elle détestait tellement cela.

Tant de souvenirs lui revenait en mémoire, la dernière fois qu’elle avait été alitée de la sorte elle venait de perdre sa mère et avait passé plusieurs semaines à Ste Mangouste pour se remettre de blessure d’une amnésie partielle. Elle avait une violente envie de fuir, mais elle était parfaitement incapable de mettre un pied hors de ce lit, à peine avait été réussi à se hisser sur ses coudes qu’elle peina à l’appuyer contre l’oreiller pour se retrouver en position assise. Elle grimaça, laissant échapper un petit grognement de douleur en bougeant. Elle avait l’impression d’être dans une sorte de bulle, les bruits lointains de l’infirmerie lui paraissant être à des années lumières d’elle. Elle ferma ses yeux, quand elle essaya de plier l’une de ses jambes pour amorcer une tentative pour descendre de son lit, ce fut la douleur brutale. Les yeux clos, une larme coula en silence sur sa joue, puis en soufflant par la bouche, pour sa calmer, s’apaiser, elle déplia sa jambe, résignée à rester ici jusqu’à ce que quelqu’un daigne s’occuper de sa plaie – elle connaissait suffisamment Meara Camlann pour savoir qu’elle était entre de bonnes mains, c’était la sœur de sa meilleure amie, et bientôt sa belle-sœur – Felixia n’avait pas encore digéré la nouvelle, et l’avait gardé pour elle.



you saw her beauty but
not the iron underneath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 142
Célébrité choisie : Emma Watson
Disclamers : Fassylover




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Mar 17 Fév - 5:05


There was a time when you let me know,
What's really going on below.
But now you never show it to me, do you?
And remember when I moved in you,
The holy dove was moving too.
And every breath we drew was Hallelujah

@tumblr - jeff buckley -hallelujah ~ freight train


« C’est obligatoire?! Tu dois rester ici, te reposer Arista! » La voix de Neal lui décapait les tympans. Elle leva ses deux mains pour les déposer sur chaque côté de sa tête et les masser, comme pour faire partir son mal de tête. Ce dernier ne le quittait pas depuis des heures, merci aux inconnus qui avaient laissé leur trace! Arista avait été l’une des premières à être guéries, si bien qu’elle avait pu rentrer à ls salle commune des poufsouffles pour dormir un peu. Elle se demandait encore comment Neal avait pu entrer dans les lieux, il avait surement user de ses connaissances pour s’assurer de se retrouver près de sa petite amie dans des moments décisifs. Elle l’aimait, elle ne pouvait pas le nier, mais il y avait quelque chose dans sa présence en cet instant qui l’énervait. N’était-ce pas dû au fait qu,il avait décidé d’étudier à la place d’être venue avec elle au bal? Certes, c’était idiot de penser à cela car Neal aurait pu être gravement blessés comme d’autres l’étaient à l’infirmerie. Il ne l’avait pas protégé. Eliott, quant à lui, était resté à ses côtés quitte à se prendre un sort qui pourrait l’aveugler pour le restant de ses jours. « Chut, Neal, s’il-te-plait. Ce ne sera pas long, je reviendrai et on s’arrangera pour que tu puisses dormir avec moi, d’accord? » Elle tenta un sourire, mais la douleur la fit grimacer, elle leva la main pour le couper dans son élan, se rapprochant pour la prendre dans ses bras. Elle s’excusa et laissa son petit ami en plan, bien décidée à retourner à l’infirmerie alors qu’elle l’avait quitté seulement quelques heures plus tôt. Cole aussi y était, elle irait voir comment il s’en sortait. Rendue sur les lieux, elle alla directement au fond pour commencer avec son meilleur ami. Elle se baissa pour déposer ses lèvres contre son front, caressant l’une de ses joues. « Tu t’en sors, mon vieux? » Lui demanda-t-elle, en souriant doucement, maternelle. Après quelques minutes de discussions entrecoupées des gémissements de douleur de son ami, elle se rendit vers Eliott qui venait tout juste d’enlever son bandage. Elle s’était jurée d’être près de lui s’il pouvait voir à nouveau, pour le remercier de tout ce qu’il avait fait. Elle s’assit à ses côtés sur la chaise vide, en saluant Ashling au passage. Sa main vint se déposer dans la main d’Eliott, pour signifier sa présence. « Je suis là Eliott… »


  

ANIMALS + SO WHAT YOU TRYING TO DO TO ME, IT'S LIKE WE CAN'T STOP, WE'RE ENNEMIES. BUT WE GET ALONG WHEN I'M INSIDE YOU. YOU'RE LIKE A DRUG THAT'S KILLING ME.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 357
Célébrité choisie : Max Irons
Disclamers : Quiet riot.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Mar 17 Fév - 9:11

Il est complètement groggy, le Morgenstern. Devant ses yeux dansent encore les lumières des sorts qui avaient éclairés la Grande Salle. Il revoit encore les visages de ces camarades, il ressent la peur qui lui enflammait alors les veines. Il a serré les dents jusqu’à ce que l’infirmière arrive et écarquille les yeux devant sa blessure, ce qui n’avait eu que le don de l’agacer. Ces foutus étudiants en médicomagie ne l’avait pas raté. Ou plutôt si, justement. Mais il n’avait rien dit et, quand elle lui avait administré une dose de tranquillisant, il s’était laissé aller. Depuis, il naviguait sur un bateau ivre qui faisait tanguer son lit et le privait de ses sens. Il veut tendre la main et effacer le brouillard devant ses yeux. Il n’y arrive pas et il râle encore, dans sa tête. Extérieurement, il serre juste les dents. Et se réveille juste assez longtemps pour voir Felixia et quelques autres élèves, gravement blessés, à ses côtés. Une fois, il l’a vu ouvrir les yeux la Sealgair. Il a tenté de tendre la main vers elle, trop groggy pour parler, mais quand il a touché son bras il est reparti dans les limbes.
Et ce sont les lèvres douces et fraîches sur son front qui le sortent de sa transe douloureuse. Il déteste avoir à se battre contre ses paupières pour qu’elles s’ouvrent mais il le fait quand même. Arista, elle est là. Et c’est un soulagement sans faille qui déferle sur lui. Il lui sourit presque péniblement, tente de sortir de sa léthargie. Ses membres sont comme du coton, il n’arrive pas à les faire bouger. Il sent juste sa jambe qui décide de se rappeler à son bon souvenir. Elle cicatrise, il paraît que c’est bon signe. Mais en attendant il a envie de se la couper tellement elle affole ses terminaisons nerveuses. La voix de la jeune fille perce son monde de silence et de tournoiements incessants et elle devient un point d’ancrage dans la tempête. Il a envie de se secouer pour se focaliser sur quelque chose, ses yeux n’arrivent à rien. Ils passent sur toute la salle sans s’arrêter. Il grogne autant de douleur que d’irritation. « J’ai… l’impression d’avoir… la pire gueule de bois… de ma vie ». Il se redresse sur son lit, la tête prise dans un étau. Ça tourne, encore et toujours. Ça pulse aussi et il a l’impression qu’il va s’évanouir à nouveau. Il cligne des yeux et s’efforce de se focaliser sur la voix qu’il connaît si bien. Elle est là, sa meilleure amie. Et pas trop amoché. « Pourtant… tu me connais, j’en ai… connu des foutues gueules de bois ». Dédramatiser pour cacher son soulagement. Pour cacher qu’il a mal aussi. Le simple fait d’être assis dans ce lit, d’avoir bougé un muscle semble avoir fait se réveiller son système nerveux tout entier. C’est bien le moment de se réveiller tiens. Il grimace un peu, essaie de trouver une position confortable sans y parvenir. Un lit aussi petit n’est pas fait pour les malades, impossible. « Je suis content… de te voir. On s’ennuie à mourir… ici. Ils… me droguent… tu te rends compte ? Dire qu’ils… m’ont privé de ce … plaisir toutes ces années ». Sa bouche est pâteuse, sa voix rauque. Il a l’impression d’avoir du mal à faire sortir des mots à ses cordes vocales anesthésiées. La gueule de bois sans l’euphorie de la veille, c’est bien moins drôle. Il se passe la main sur le visage, tente de chasser une nouvelle fois la fatigue qui pèse sur lui sans y parvenir. « Toi ? ça va ? Et… Vesper aussi… et Hope. Je… vous ai perdues dans… la baston ».

Spoiler:
 



These violent delights
have violent ends. And in their triump die, like fire and powder which, as they kiss, consume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 375
Célébrité choisie : Grant Gustin
Disclamers : moi-même(avatar), tumblr (gifs), broadsword (sign)



MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Mar 17 Fév - 19:49


Noir. Tout était devenu noir entre le moment où les sorciers nous retrouvèrent -et nous firent des misères, il fallait l’avouer- et mon arrivée difficile à l’infirmerie. Je n’étais d’ailleurs même plus certain de la façon dont nous étions arrivés à l’infirmerie. Ayant vu les deux jeunes femmes inconscientes, l’idée de les transporter à l’infirmerie m’avait effleuré seulement j’étais incapable de me souvenir clairement de tout. Et l’obscurité dans laquelle j’étais plongé depuis au moins douze heures ne m’aidait pas. L’ignorance jouait le rôle d’ennemi depuis mon arrivée dans les locaux de l’infirmière Camlann. Chaque bruit, chaque pas et chaque mot prononcé m’avaientt fait plus ou moins sursauter, faisant grandir mon inquiétude petit à petit, déjà présente vu les événements vécus. Un bandeau particulier sur les yeux, j’avais été contraint de rester allongé sur le dos toute la nuit pour dormir. Dormir, quel bien grand mot, j’en avais été incapable. Contraint à être aveugle pendant plusieurs heures, je ne pouvais savoir comment allaient les autres, que ce soit mes compagnons d’infortune ou ceux que je n’avais plus ou pas croisé de la soirée. Comment allaient Ashling et Arista ? Comment allaient Aries, Crescentia et Daenerys ? Comment allaiant Felixia, Cato et Cole ? La liste était encore longue. Ces questions, mon stress de ne pas retrouver la vue –cette histoire me rendait limite fou, il fallait le savoir– ainsi que les informations que j’avais pu glaner à droite à gauche m’avaient fait passer une nuit blanche, condamné à rester soit en position allongé soit en position assise (tout en faisant en sorte de ne pas faire tomber le bandeau), à ne pas savoir quoi faire de ma peau. Peut-être avais-je réussi à m’endormir à un moment donné pendant quelques instants mais le « matin » arriva au moment où je ne l’attendais plus ainsi que la phrase salvatrice de Meara Camlann. Assis, le dos appuyé contre mon coussin, je le retirai, clignai des yeux plusieurs fois pour me réhabituer à la lumière et ne pus m’empêcher de sourire franchement en voyant, de manière encore plutôt floue, celui de la jeune femme en face de moi, notant à peine que j’étais le seul patient sur lequel elle ne criait pas dessus. Immédiatement, le soulagement laissa place à la fatigue qui assommait, celle dont on avait besoin après une nuit blanche. Mais je n’eus pas le temps de bouger un muscle qu’Arista s’assit à côté de moi, saluant ma voisine de lit. Dans l’état actuel des choses, je ne pouvais uniquement la reconnaître elle, ne sachant pas qui était dans les lits adjacents au mien. Stupide sort. Le contact de la main de la préfète-en-chef des Poufsouffles sur la mienne me fit tirer un sourire. « Je te vois. Floue, mais j’arrive quand même à te voir ce qui est une bonne chose. » Au moins, Arista allait bien. Les yeux me piquaient, il fallait vraiment que je boive le liquide pour me redonner de l’énergie. « Est-ce que… Tu pourrais me passer le verre à côté de toi s’il te plaît ? Il faut que je le boive pour que je reste réveillé. Je n’ai pas dormi de la nuit... »


tell me you're okay
« you got to let me in or let me go before you drown cause you're dying just to tell me you're not. you said darling i'm not alone. that there will be a piece of you everywhere i go. i won't be fine here even sat still. i got to let you in or let you go before i drown. well there's a place in the hallway where you left me. »
code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 142
Célébrité choisie : Emma Watson
Disclamers : Fassylover




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Mer 18 Fév - 1:00

Elle aimait Cole. Inconditionnellement, depuis le premier jour où ses prunelles avaient remarqué son sourire moqueur. Aux yeux de la sorcière, il n’y avait pas plus belle amitié que celle que vivait les deux poufsouffle l’un pour l’autre. Ils étaient différents, avaient chacun leur force et leur faiblesse, mais en compagnie d’Hope, ils se complétaient en tout point. Avec les derniers événements de la nuit, elle avait eu peur qu’il soit arrivé quelque chose à son ami. Puisqu’elle avait été quelque temps à l’infirmerie, elle savait qu’il était désormais sain et sauf. Bien entendu, lors de son retour prématurée dans les lieux, elle décida de se diriger vers Cole avant tout, puisqu’il lui manquait. Elle s’intéressa à sa jambe, un sourire bienveillant illuminant son visage quand il ouvrit les yeux. « Hmm? Pire qu’Halloween y’a deux ans? » Dit-elle, pour alléger l’atmosphère. Cole repris parole, sa voix était rauque et elle ne se rappellait en effet plus à quel moment elle l,avait vu dans un tel état, pour ne pas dire jamais. Il avait de la difficulté à aligner les mots et quand il parla de « drogue », Arista comprit parfaitement pourquoi et laissa échapper un doux rire. « Oh non! Je vais avertir Miss Camlann de cesser sur-le-champ, sinon tu en redemanderas encore et encore! » Assez de rires, ils passèrent ensuite aux choses sérieuses. Elle haussa les épaules en passant une de ses mains dans ses cheveux. « Je suis sortie aux aurores ce matin. Je vais mieux, seulement mal à la tête. Et les filles, ne t’inquiètes pas, elles sont saines et sauves. Elles m’ont dit qu’elles viendraient sous peu…» Elle ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi Hope n’était pas continuellement à son chevet! « Il parait que tu es le cas le plus grave, alors, dur à cuir le Morgenstein? » Elle passa ensuite sa main dans les cheveux de son ami, oui, elle était beaucoup trop maternelle!

[***]

Elle observait Eliott, ses yeux semblaient se centrer sur la sienne. Elle était assise à ses côtés et pour quelqu’un qui ne les connaissait pas, ils auraient sans doute l’air d’un couple se retrouvant après une dure bataille. Hélas, tout le monde connaissait l’épopée amoureuse aux apparences magiques d’Arista McKinnon. Elle évita le regard insistant des élèves dans son dos, se concentrant sur son ami. « Tu ne sais pas à quel point j’ai eu peur! Je suis soulagée que le sort ne soit pas permanent. » Puis, il lui demanda de lui passer un verre de liquide. Elle le lui offrit sans plus attendre, si ça pouvait lui garantir une discussion de plus de deux minutes dû à sa fatigue, ça lui convenait. « Je… Eliott, je voulais seulement qu’on discute de ce qui s’était passé hier. » Bien entendu, elle espérait qu’il comprendrait sa référence et qui n’avait donc rien à voir aux attaques ou au troll…


  

ANIMALS + SO WHAT YOU TRYING TO DO TO ME, IT'S LIKE WE CAN'T STOP, WE'RE ENNEMIES. BUT WE GET ALONG WHEN I'M INSIDE YOU. YOU'RE LIKE A DRUG THAT'S KILLING ME.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 615
Célébrité choisie : Dylan O'Brien
Disclamers : electric bird.





MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Mer 18 Fév - 13:11


    Il y avait quelque chose de nouveau, quelque chose qui avait changer l'aspect invincible de Poudlard. Cette soirée avait été bâclée par ces gens et c'était fort dommage. D'ailleurs, ni lui, ni quelqu'un d'autre savaient qui ils étaient et c'était un mystère que Gideon voulait résoudre. Encore un oui mais celui-ci allait être plus difficile à réussir. Le jeune Flamel avait connut des jours meilleurs et heureusement, n'avait rien eu de grave, à part les côtes cassés mais qui avait été soigneusement rétablie par l'infirmière et l'épaule, qui avait connut la douleur d'avoir un long piquet dedans pour une première. Le serdaigle était-là, assis sur le bord du lit, à regarder tous les blessés. Il essayait de voir si ceux qui avait traverser l'attaque avec lui n'avait rien de grave, mais malheureusement, il voyait au loin le poufsouffle Cole. Celui-ci avait prit un risque énorme en ce mettant devant eux pour les protégés puis il l'avait aider à enlever le long piquet de bois de son épaule et ça, Gideon pouvait le remercier. « Buvez Flamel ! » Celle-ci était déjà chiante dès le matin. Le serdaigle n'était pas un adepte de l'infirmerie. Il avait du y aller une ou deux fois depuis le début de ces études à Poudlard mais sans plus. Il avait le bras immobilisé contre lui. Satané épaule ! Il regarda autour de lui afin de chercher son jumeau. Celui-ci avait l'air de n'avoir rien de grave, comme lui, heureusement. Il se mit alors à regarder au fond de la pièce, là où se trouvait le poufsouffle et regarda la deuxième personnes qui s'y trouvait. Il se leva alors avec son verre et passa devant les gens. Il observait les détails, les dégâts, les blessures. « Blessures de guerre Archi, te voilà forgé comme un soldat, ou un habituer de l'infirmerie maintenant » dit-il alors en passant devant son jumeau. Il arriva au fond de l'infirmerie, passa devant le poufsouffle, d'ailleurs Gideon n'oublia pas ses principes. « Courage Morgenstern  » dit-il au poufsouffle. Il faisait partit des blessés les plus graves. Il continua ses quelques pas afin de se retrouve près de la serpentarde. Il l'avait reconnu de suite. Pas besoin de prendre son temps. Il n'avait même pas encore bu son verre. D'ailleurs si l'infirmière le voyait, il se serrait sûrement fait terrassé par celle-ci. « Bon matin à toi princesse de glace, comment tu te sens ?  » demanda t-il simplement. Bien que la question était assez étrange car ils étaient seulement deux à l'écart des petits blessés.


Je suis comme le soleil et la lune, on me voit sans jamais m’atteindre. ▵ ©️endlesslove.
Ameno ameno dore ameno dori me ameno dori me ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


http://obliviate.forumactif.org
avatar






Parchemins envoyés : 1046
Célébrité choisie : Jenna Lousie Coleman
Disclamers : avatar @ moi même - signature @ tumblr




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Mer 18 Fév - 22:39

Elle avait la sensation d’étouffer dans cette infirmerie, moins elle se trouvait dans un endroit ressemblant ou lui rappelant Ste Mangouste, mieux elle se portait. Elle avait passé de longue semaine alité à l’âge de dix ans, et elle n’avait pas envie que cela puisse recommencer. Si certains élèves s’interrogeaient sur la nature de l’attaque, l’identité des attaquants, Felixia avait juste envie de sortir d’ici, elle voulait juste rentrer dans son dortoir, et dormir dans son lit pas ici. Mi-assise, mi-couchée dans son lit, elle avait les yeux clos pour essayer d’oublier la douleur mais surtout l’endroit dans lequel elle se trouvait.  Soudain, une voix la tira alors de ses pensées, elle avait un effet plus apaisant qu’elle ne l’aurait jamais cru : « Bon matin à toi princesse de glace, comment tu te sens ?  » Dans d’autres circonstances, elle aurait sauté sur le mot Princesse et l’aurait charrié avec cela pendant des ours, ainsi il l’appelait Princesse. Cela aurait pu lui remonter le moral, cela lui prouvait qu’il ne la détestait pas, enfin… pas totalement. Car s’il y avait une personne à Poudlard qui avait des raisons de la détester, c’était lui, elle avait jeté son amitié par la fenêtre du jour au lendemain sans lui donner aucune raison.

Elle ouvrit alors ses yeux, rougit par la fatigue, l’angoisse, la peur, et la douleur. « Je… » Elle marqua une pause pour reprendre son souffle. « J’ai mal, j’ai vraiment mal. » Elle haleta alors – comme si elle était essoufflée, alors qu’elle n’avait pas couru, c’était juste du stress, quelque chose de sans doute post-traumatique, elle avait pourtant terriblement mal – mais la douleur était ciblée sur son flanc. « Mais ça va. » dit-elle en essayant d’esquisser un sourire, elle devait se concentrer sur autre chose pour focaliser, et penser à autre chose. « Ca va. Et toi, c’est pas trop grave ? » Elle lui demandait si ça allait, une première depuis presque une bonne dizaine d’années – après tout jusqu’ici elle avait feint de le détester parce que cela devait rendre les choses plus faciles, mais elle ne l’avait jamais réellement détesté en fait. « Princesse ? » répéta-t-elle alors en esquissa un sourire avant de grimacer un peu de douleur, bon sang, cela faisait un mal de chien. Elle appréciait être appelé Princesse, même si « des glaces » était juste derrière, elle aimait bien l’idée d’être une princesse, elle ne l’avait jamais été sa sœur l’était-elle, une princesse.



you saw her beauty but
not the iron underneath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 615
Célébrité choisie : Dylan O'Brien
Disclamers : electric bird.





MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Ven 20 Fév - 15:47

    Il y avait des dégats, Poudlard venait de connaître un drame, car oui, cette attaque faisait partit d'un drame, mais aussi d'un crime, celui de la directrice. Gideon revoyait les images de l'évènement précédent. Quand il fermait les yeux, il revoyait la directrice, voulant prendre la défense du groupe d'étudiants et puis, son corps qui s'envole, qui s'effrondre et puis... Plus rien. Plus de son, plus de gestes, un corps inerte sur le sol, heureusement les professeurs étaient venus, ils n'avaient laisser personne, bien qu'il y avait eu des blessés. « Je… » Le serdaigle n'avait jamais apprécier la voir souffrir ou la voir mal, c'était bien une chose qui n'avait jamais changer avec le temps. « J’ai mal, j’ai vraiment mal. » Une grimace apparut sur le visage du jeune Flamel. Ce n'était pas évident d'être là auprès d'elle et de ne rien pouvoir faire. Il n'aimait pas se sentir inutile et là, il se sentait de cette manière. Il la voyait souffrir et ne pouvait pas diminuer ses douleurs. Parfois, il se demandait si l'infirmière faisait son travail. Il comprenait pourquoi Archi se rendait souvent à l'infirmerie blessé, l'infirmière était une belle femme mais quand même. « Mais ça va. » Gideon en était pas vraiment convaincu mais il n'allait pas faire une remarque suite à ça. « Ca va. Et toi, c’est pas trop grave ? » Le serdaigle resta quelques minutes sans ouvrir la bouche, il laissa juste un silence prendre possession entre eux. Il n'était plus habituer à ce qu'elle lui demande comment il allait. Il est vrai que le temps était passé et que beaucoup de choses avait changés. Première, leur relation. Oui, il avait été éviter, il avait été battut également lors d'un duel dans les toilettes et cela n'avait pas plus à l'aigle. « Rien de grave contrairement à vous deux » répondit-il alors en faisant un signe de tête en direction du poufsouffle. Il n'avait rien lui. Il se devait juste de garder son bras contre lui quelques jours et boire ce foutu remède. « Princesse ? » Il est vrai que Gideon était de bonne humeur et qu'il avait nommé la serpentarde de cette façon respectueuse qu'il pouvait avoir parfois. Voir la plupart du temps. Il était tout le contraire de son frère jumeau. « Disons qu'on ne voyait que toi au bal et même à l'infirmerie d'ailleurs contrairement à d'autres » dit-il alors avec un sourire moqueur. Il faisait allusion au couple Ramsay-Megara dont la serpentarde lui avait parler avant l'attaque. « Je t'ai chercher au début de l'attaque mais je ne t'ai pas vu... » dit-il alors en perdant son sourire. Gideon avait été inquiet durant toute la soirée. Que ce soit pour son frère que pour elle.


Je suis comme le soleil et la lune, on me voit sans jamais m’atteindre. ▵ ©️endlesslove.
Ameno ameno dore ameno dori me ameno dori me ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Ven 20 Fév - 17:08


J'étais épuisé. Dans une fenêtre de l'infirmerie, je voyais mon teint pâle et mes yeux creusés. Je n'avais pas fermé l'oeil de la nuit, la poussos, en plus d'avoir un goût abominable, avait pour effet de faire repousser les os dans la plus grande douleur. Je ne savais plus qui était l'étudiant qui avait tenté de me soigner et qui avait réussit à faire disparaître les os de ma jambe. Et pue m'importait. J'étais préoccupé. Ma jambe était raide, mais j'étais guérie, ce n'était pas mon état de santé qui m'inquiétait, c'était l'attaque. Les derniers instant était flous. Je guettais le moindre bruit, ils étaient arrivés si soudainement, j'ai sentit un éclair de douleur dans la jambe droite, puis je suis tombé au sol. Je distinguais vaguement Archie et Daenerys, tombés eux aussi. Je ne parvenais à saisir que des brides de conversation, l'éclat brillant de la lame d'un couteau, un homme qui s'approche puis qui renonce. Je n’entendais que quelques mots, éparse « demi-vélane », « sang pur » et une certaine « elle » que je ne parvenais à pas définir. Je n'aimais vraiment pas ça. Je grimaçais en me levant de mon lit d’infirmerie. L’infirmière m'avait autorisé à me lever, mais j'étais encore couverte de bleu et d'hématome.

Je cherchais du regard un visage amis dans l'infirmerie bondée. Ashling, Brynden, Arista, Thea, Galaad, Rose et surtout Lysander. Où étaient-ils tous et comment allaient-ils ? Je ne savais pas où était mon frère et son absence me rongé. Je n'avais aucune idée de son état de santé. Etait-il blessé ? Introuvable ? Ou pire ? Cette pensée me serra la gorge. Non, il n'était rien arrivé à mon frère, être pessimiste n'arrangeais pas les choses. Mais je me surprise également à chercher Archie et Daenerys. Et c'est elle que je fus la première à voir. Elle était assise sur son lit et d'une pâleur terrifiante. Je m'approchais d'elle, esquivant les autres élèves et les regards inquiets que je voyais partout. Je n'avais pas envie de dire que j'allais bien. En fait, je n'avais pas envie de voir grand monde. Je voulais être rassurée sur le sort de mes proches, mais aussi sur le sort des gens avec qui j'avais combattu cette nuit. En arrivant vers son lit, je lui adressais un pâle sourire, je ne devais pas faire meilleur figure qu'elle. Salut. Comment tu te sens ? Je n'arrivais pas à savoir si je me sentais redevable, reconnaissante ou simplement satisfaite de la voir en vie et plus ou moins en bonne santé.



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 136
Célébrité choisie : TERESA PALMER.
Disclamers : ASTORIA + TUMBLR.



MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Ven 20 Fév - 20:37

Tu étais tombée sur le sol, quittant les bras pourtant sécurisés d'Archie. Ton souffle s'était coupé, et voyant les sorciers encapuchonnés, tu avais eu envie de crier. Mais tu étais trop faible, trop faible pour émettre le moindre murmure. Tu avais retenu un second cri, lorsque l'un d'eux avait planté un couteau dans l'épaule de ton preux chevalier. Tu avais alors tenté d'attraper la baguette de ton nouvel ami – une expérience comme celle-ci rapprochait les gens – mais tu n'avais pas pu. Tu l'avais laissé t'insulter, de sa voix efféminée et rauque. Tu aurais pouffé et te serais moqué de lui, si tu avais pu. Mais ce n'était pas possible, pas dans ton état. Et alors qu'il disparaissait en transplanant, tu avais laissé ta tête posée sur le sol froid, attendant les secours. Tu ne pouvais plus capter le son des pensées de tes coéquipiers, ni même capter les tiennes. Tu étais consciente, mais plongée dans un néant catatonique. Tu n'avais pas fermé l’œil de la nuit, reprenant peu à peu des forces, mais laissant une part de toi exténuée. Tu ne pouvais pas rester allongée, alors on avait placé un oreiller dans ton dos, pour que tu sois en position assise. Un bandage avait été fait autour de ton épaule, et le maléfice avait été levé. L'infirmière t'avait dit que ton épaule serait comme neuve, et que tu ne souffrirais d'ici quelques jours que de brèves séquelles. Malgré ça, ton corps était abimé. Tes jambes étaient égratinés, ton visage cerné. Ta chute, lorsqu'Archie t'avait lâché, t'avait abimé l'arrière du crâne et tu avais saigné. Tu ne pouvais pas bouger, ne sentant plus aucune partie de ton corps, et tu t'étais laissé aller, les yeux grands ouverts dans le plus profond de ton esprit. Tu t'étais enfermée là, afin de t'éloigner des cris de lamentations des élèves présents avec toi dans l'infirmerie. Tu ne pouvais le supporter, et tu n'avais pas la force de les faire taire. Tu repensais à cette soirée, cette désastreuse soirée où tu avais failli perdre la vie. Parce que tu en étais consciente, tu étais consciente d'avoir failli mourir ce jour là. Tu avais soupesé chaque mots que ces sorciers avaient dis, et tu tentais de tirer le meilleur de ce que tu avais pu percevoir dans leurs pensées, lorsque tu les avais emmené jusqu'à votre guet-apens. Quelqu'uu vient se poser près de toi, et te sors de ta torpeur. Léonie. La voir en vie est un soulagement, même si tu avais cru reconnaître sa voix à travers tous ces cris. « et toi ? » Tu ne peux pas lui répondre. Parce que tu ne peux pas dire que tu vas bien, ou que tu vas mal. Tu ne sais même plus ce que tu ressens. Car tu ne ressens rien. « comment vas-ta jambe? » ta voix, douce mais dénuée d'émotion, se voulait malgré tout concernée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 357
Célébrité choisie : Max Irons
Disclamers : Quiet riot.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Ven 20 Fév - 22:39

Il a du mal à garder un tant soit peu les yeux ouverts, brouillard permanent qui lui fait cligner des yeux dans la lumière de l’infirmerie complètement bondée. Même pendant les matchs de quidditch, il n’y avait pas autant de monde. Gideon passe, l’encourage un peu et il lui sourit en retour. Alors lui aussi, il va bien. Sur ses deux jambes et les épaules apparemment revenues à la normale. Tant mieux. Il se tourne vers Arista qui, bien qu’inquiète, trouve quand même le moyen de se moquer un peu. Elle a bien raison. Autant qu’elle profite pendant qu’il est encore dans le brouillard pour s’occuper de lui comme une maman, bientôt il râlera tous les jours pour sortir du lit. Il râle déjà mais sa bouche est un peu trop pâteuse, encore, pour que sa parole ait un poids. « Hmm? Pire qu’Halloween y’a deux ans? »  Son cerveau se remet en marche, lentement mais sûrement. Gros effort, il apparaît comme un peu feignant, tout à coup. C’est un combat rien que pour parler, alors pour chercher des informations… Qui en plus à l’origine n’étaient pas claires dans son esprit. Mais il secoue la tête et lui sourit « Pire. J’ai même… pas eu droit à la partie… fun, avant. » Et il rit avec elle quand elle souligne le fait qu’il va certainement finir avec une addiction aux médicaments. Il hausse les épaules, ça lui donnera une excuse pour en avoir sur lui, au moins, au lieu d’essuyer les regards désapprobateurs d’élèves courroucés par son comportement. Arista, elle ne l’a jamais jugé pour ce qu’il faisait. Et si des fois elle lui fait un peu la morale, il en a aussi besoin. Il se fait vite emporter, avec Hope notamment. Ils sont légèrement incontrôlables quand ils sont tous les deux. D’ailleurs, il s’étonne de ne pas la voir là, Hope. Mais Arista le rassure avec une seule phrase : tout le monde va bien. Il soupire de soulagement. Il a encore tellement de noms qui brûlent sur ses lèvres, tellement de visages qu’il a peur de ne pas revoir. Mais il s’abstient de demander. Il a vu Eliott dans un coin, Placid et Cato dans un autre. Il a vu Leonie passer devant lui, Megara et tant d’autres. Ils sont encore vivants. Il se laisse aller contre le coussin dans son dos, une grande fatigue lui pesant soudain sur les épaules. « Dur à cuir et toujours…là ». Il étouffe un gémissement tandis qu’il essaie de se mettre un peu plus à l’aise. « Tu te débarrasseras pas de moi… aussi facilement McKinnon ! ». Et il se saisit de sa main pour jouer avec ses doigts, un peu gauche. Il a du mal à contrôler ses mouvement, encore, emprisonné qu’il est dans une bulle paralysante. « Qu’est-ce qui s’est passé, alors, pour vous ? Vous étiez où ? »



These violent delights
have violent ends. And in their triump die, like fire and powder which, as they kiss, consume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 375
Célébrité choisie : Grant Gustin
Disclamers : moi-même(avatar), tumblr (gifs), broadsword (sign)



MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Sam 21 Fév - 0:16

Je ne pus m’empêcher d’étirer un sourire et de baisser les yeux au moment où Arista m’annonça qu’elle était soulagée de savoir que le sort n’était pas permanent. Que devrais-je dire ? J’avais été terrifié à l’idée de devenir aveugle lorsque tout s’éteignit et que cligner des yeux ne changeait absolument rien. Une part de moi avait beau savoir que le sort était guérissable –puisqu’après tout, j’avais réussi à en ralentir les effets– l’autre, plus effrayée, martelait à mon cerveau que quelque chose n’allait pas. Et comme à chaque fois, cette part-là gagnait un peu trop facilement, m’emmenant dans les méandres de mes souvenirs et interrogations m’empêchant, entre autres, de fermer l’œil de la nuit. Alors forcément, j’étais également soulagé. Car si cela avait été permanent, toute ma vie en aurait été bouleversée. J’aurais dû dire adieu à toute crédibilité au sein de ma famille, au Quidditch et surtout à la Médicomagie. Perdre mon avenir aurait été synonyme de perte d’identité. Je me prédestinais à la médicomagie depuis tellement longtemps que faire autre chose semblait absurde, irréel, impossible. Rien que de penser à une solution de secours me donnait la nausée. Heureusement, ce n’était pas permanent. « J’ai eu peur quand tout est devenu noir d’un coup, encore plus maintenant alors que je suis incapable de me souvenir comment on a réussi à atterrir à l’infirmerie, surtout dans vos états respectifs. » Où était Ashling d’ailleurs ? Ma vision toujours floue m’empêchait de voir plus loin que la table de nuit. Si j’étais conscient de ne pas être le seul sorcier dans la pièce, j’étais incapable de savoir qui était dans les lits adjacents. En parlant de table de nuit, je demandai le verre que l’infirmière Camlann m’avait demandé de boire à Arista qui me le passa rapidement. A l’ingurgitation du liquide, je ne pus réprimer une grimace. Ce genre de breuvage était tout sauf buvable en terme de goût mais malheureusement utile pour toute personne ayant besoin d’énergie. Ce dont j’avais vraiment besoin après une soirée agitée et une nuit blanche de surcroît pour résumer. Je gardai le verre à la main avant de fixer Arista une nouvelle fois. Cette dernière semblait perturbée et la raison ne mit pas longtemps avant de sortir. Parler d’hier ? De l’attaque des sorciers ou du fait que j’avais été placé au milieu d’une guerre qui ne me concernait pas et de ma réaction plus qu’excessive à cause de l’alcool, ma jalousie insoupçonnée et mon énervement ? Dans les deux cas, était-ce vraiment le moment d’en parler avec un public susceptible de nous entendre ? Je fronçai les sourcils, peu sûr de savoir quoi répondre. « Je ne sais pas si c’est le moment vu le monde qu’il doit y avoir –du moins je suppose puisque je ne les vois pas encore complètement– mais si tu as quelque chose à dire, vas-y. » Lui laisser la parole, pour cibler un peu plus le thème de la discussion qu’elle voulait entamer.


tell me you're okay
« you got to let me in or let me go before you drown cause you're dying just to tell me you're not. you said darling i'm not alone. that there will be a piece of you everywhere i go. i won't be fine here even sat still. i got to let you in or let you go before i drown. well there's a place in the hallway where you left me. »
code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Sam 21 Fév - 23:30


Depuis des années, je voyais Daenerys Malfoy comme une pimbêche imbécile et suffisante. Et Archie Amstrïn comme un sombre crétin à la tête tellement enflée qu'il ne pouvait plus passer les portes de la Grande Salle. C'était donc surprenant de voir que c'était aujourd'hui les deux premières personnes que je cherchais du regard, en dehors de mon frère. Mais je suppose qu'on n'échappait pas à la mort grâce à une union plutôt inattendue sans que certains lien ne se créé. Et toi ? Elle ne répondait pas vraiment à ma question, mais je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir. Comment dire que non, ça n'allait pas ? Je suppose qu'elle avait, comme moi, la sensation horrible d'avoir échapper de peu à la mort. Puis il y avait l'incertitude, la menace, l'insécurité. Et toutes ces questions qu'on se posait sûrement tous. Qui avait bien pu faire une chose pareille ? Qui avait été assez puissant pour déjouer les défenses de l'école de magie et s'en prendre au professeur ? Sans compter la directrice, dont on avait aucune nouvelle. Comment vas-ta jambe ? Je lui adressais un sourire sans grande joie. J'ai récupéré tous mes os donc c'est une victoire... J’enchaînais Un élève de médicomagie a essayé de soigner ma jambe cassée mais son sort n'a pas fonctionné comme prévu, c'était assez dégoûtant... Mieux valait dédramatiser la chose. Après tout, une note d'humour ne pouvait pas faire de mal et ne pouvait que nous permettre de ne pas noircir encore un peu plus un tableau déjà bien sombre.

Je suis surtout épuisée en fait, mais je n'ai pas vraiment la tête à faire une sieste... Je suppose qu'elle voyait parfaitement ce que je voulais dire. Il y avait, en plus de cette inquiétude lancinante et de toute ces questions, mille pensées qui tournaient dans ma tête et me donnaient mal au crâne. Je ne parvenais pas à savoir si je voulais parler ou non, si je voulais échafauder des hypothèses sur ce qui avait transformé le bal en cauchemar ou si je voulais chasser cette soirée de ma mémoire. Je crois que j'aurais préféré me sentir parfaitement anesthésiée, limite amorphe plutôt que d'avoir cette impression que j'allais finir par imploser. Je voulais aussi te remercier, on à vraiment fait du bon boulot cette nuit et si on s'en est sortit sans trop de dommage, tu y es pour beaucoup. Ce n'était pas trop mon genre, les remerciements, pas que j'étais trop fière, simplement j'avais l'habitude de travailler en solo, je ne devais mes victoires, tout comme mes défaites qu'à moi, la plupart du temps. Mais je devais bien admettre que notre surprenante alliance avait bien marché.



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 142
Célébrité choisie : Emma Watson
Disclamers : Fassylover




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Dim 22 Fév - 1:00

Elle se rappelait de la gueule de bois de son ami Cole comme si c’était hier. La sorcière se rendait bien compte que la douleur était exténuante pour son ami, qui avait du mal à le cacher. Il continuait toujours de faire des blagues, mais ça c’était normal. La jaune et noire était prête à parier qu’il en ferait jusqu’à son lit de mort. Elle devrait se poser des questions s’il n’en faisait pas, pour le moment elle se disait qu’il guérissait tout simplement. Elle avait eu peur qu’il soit blessé encore plus gravement, elle ne pouvait pas S’imaginer perdre son ami. Sa voix la surprend, mais elle lui sourit à nouveau quand il joue avec ses doigts. « Je serai toujours là pour toi, Cole. Tu le sais! » Puis, elle se mit à lui raconter les événements de la soirée. En n’oubliant pas de mentionner le fait que Neal avait refusé de l’accompagner, son plaisir avec Aries et sa dispute avec Eliott. « Oh ces vipères! Elles ont commencé par gâcher la soirée! » Elle fait référence à Crescentia et Daenerys qui l’ont humiliée. Elle ne leur avait rien fait! Elle passa ensuite aux courses dans les escaliers, le fait que les inconnus les aient assaillit en tout point. « J’ai vraiment eu peur. Je pensais qu’ils allaient nous tuer l’un après l’autre. Mais non, je n’ai même pas une égratignure à l’heure qu’il est. » Elle finit par lui raconter les paroles des Sorciers, qu’ils récoltaient le sang de la gryffondor, ce qui était très louche!

[***]

Elle veut l’affronter, des voix lui hurlent dans sa tête de lui dire ce qu’elle ressent. À regarder les jeunes qui peuplent l’infirmerie, elle se dit qu’elle s’en est plutôt bien sortie. « Je te dirais que je n’ai pas plus d’idées que toi… Ils m’ont lancé un sort et ma tête s’est fracassée… Oh, mais je vais bien, juste une migraine. Tu te rappelles que ce que les sorciers ont raconté ? Au sujet d’Aishling? » Peut-être qu’il s’en souviendrait et qu’à deux, ils auraient plus d’information sur la raison de l’attaque. Puis, elle mis sur le tapis qu’ils devaient parlé de la soirée d’hier. Il la mit en garde, mais c’était lui l’aveugle, pas elle! Arista était bien au courant que les gens autour pouvaient l’entendre et à vraie dire, ça ne la dérangeait pas. Elle pouvait avoir ses émotions, dire ce qu’elle voulait. Elle n’en pouvait plus de cette image parfaite que véhiculait son couple. « Ils peuvent croire ce qu’ils veulent, Eliott. Je voulais juste te répéter ce que je t’ai dit hier. Tu n’es pas seul, tu es un très bon ami et je suis consciente que nous ne sommes pas beaucoup vus ce derniers temps. Je m’en excuse. » Ami. Ami ou plus encore? Ils avaient parlé des heures dans le passé, des soirées complètes à faire des rondes dans les couloirs. Mais depuis trop longtemps, ils n’avaient plus cette chance et elle se demandait pourquoi.


  

ANIMALS + SO WHAT YOU TRYING TO DO TO ME, IT'S LIKE WE CAN'T STOP, WE'RE ENNEMIES. BUT WE GET ALONG WHEN I'M INSIDE YOU. YOU'RE LIKE A DRUG THAT'S KILLING ME.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 44
Célébrité choisie : Paul Wesley.
Disclamers : Shiya.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Dim 22 Fév - 20:52

Alors qu'il remontait les longs couloirs de l'école jusqu'à l'infirmerie d'un pas vif et énergique, Caleb reconstituait les événements de la veille dans sa tête. Le fameux bal de Noël, le premier depuis dix-sept ans, disait l'invitation. Cette soirée, qui aurait dû être synonyme de gaieté et d'amusement vira au cauchemar. Caleb s'y était rendu seul, sans cavalière, pourtant, ça ne l'avait pas empêché de passer une bonne soirée jusqu'à ce que les choses ne dérapent. Il avait été discuté çà et là avec des élèves qu'il connaissait, mais il n'avait rien bu. Discrètement, il gardait un oeil sur sa famille, s'assurant que tout allait bien pour eux. Il avait pourtant vite compris que quelque chose clochait lorsqu'un professeur essoufflé entra dans la Grande Salle, d'où pouvait-il venir et surtout pourquoi était-il si essoufflé ? Caleb n'entrevoyait qu'une seule réponse : il avait couru pour venir jusqu'ici. Et un professeur qui court jusqu'à la directrice, ce n'est que trop inhabituel. Il ne s'était finalement pas trompé lorsque la directrice annonça qu'un troll avait été aperçu dans les cachots. Intérieurement, le jeune homme bouillait d'envie de foncer avant que les portes ne se referment derrière la directrice et d'aller lui-même prêter main forte aux professeurs, mais il devait rester près des siens, près de sa soeur, de son frère, de sa cousine et de son cousin. Lorsque des personnes vêtues de noir débarquèrent avec grand fracas dans la Grande Salle, il fut certain d'avoir fait le bon choix.

Dans le tumulte de la bataille, il avait perdu de vue sa famille et s'il s'inquiétait pour eux, Caleb était trop occupé à se défendre pour se lancer à leur recherche, surtout parmi la foule de personnes présentent. Néanmoins, il s'en était sorti sans dommage et avait donc été invité à rejoindre sa salle commune après avoir été rapidement examiné par un médicomage en devenir. Sur place, il avait retrouvé Isaac, en parfaite santé, puis avait attendu le retour de Helena, qui arriva peu de temps après lui. Néanmoins, il vit ni Brynden, ni Ashling et s'il voulut partir à leur recherche, les préfets lui interdirent strictement de quitter la salle commune et veillèrent à ce qu'il ne trompe pas leur vigilance. Ce n'est que le lendemain qu'un élève, revenant de l'infirmerie, lui indiqua qu'Ashling était alitée à l'infirmerie des suites de ses blessures. Immédiatement, Caleb se sentit coupable de ne pas avoir su la protéger et il était immédiatement parti pour l'infirmerie.

Lorsqu'il entra, quelques visages familiers se tournèrent vers lui, mais il était trop occupé à chercher Ashling du regard pour le remarquer. Lorsqu'il l'a trouva enfin, il se rendit immédiatement à son chevet, il lui lança son habituel regard sérieux et inquisiteur, qui ne trahissait que trop bien son inquiétude lorsqu'on le connaissait véritablement. « Comment est-ce que tu te sens ? On m'a dit que tu avais été blessée pendant l'attaque... » Lui demanda-il simplement, son regard brun rivé dans celui de sa cousine, en quête de réponse, d'une expression qui trahirait l'état de la jeune femme.


the tale monsters scare people for centuries, while the worst monster lurks among them, under the guise of more innocent men. Bad thinks.
Can't go back
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


http://obliviate.forumactif.org
avatar






Parchemins envoyés : 1046
Célébrité choisie : Jenna Lousie Coleman
Disclamers : avatar @ moi même - signature @ tumblr




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Dim 22 Fév - 22:25

Elle se sentait mal dans l’infirmerie, elle avait envie de prendre les jambes à son cou, si seulement elle le pouvait.  Les endroits où elle était recluse en tant que patiente lui donnaient la nausée, alors qu’en tant que soignante elle n’avait aucune problème avec cela. Elle voulait bouger, prendre l’air, partir d’ici, retrouver l’atmosphère feutrée de sa chambre dans la maison de son père en Ecosse, elle avait envie de passer Noël avec son père, et malheureusement sa sœur et sa grand-mère seraient de la partie, et même si elle se trouvait exclue, elle serait là où elle voudrait être.  « Rien de grave contrairement à vous deux » Dit-alors le jeune homme en donnant de ses nouvelles. C’est alors qu’elle tourna la tête pour voir le poufsouffle à côté d’elle, visiblement au moins aussi mal en point qu’elle. Qui avait bien pu faire cela ? Parfois, elle se disait qu’elle avait une idée sur la question mais tout venait en sens contraire et créait un paradoxe dans son raisonnement. « Disons qu'on ne voyait que toi au bal et même à l'infirmerie d'ailleurs contrairement à d'autres » Dit-il alors quand elle s’étonna qu’il l’appelle Princesse. Elle était bien pâle mais l’on peut certainement voir quelques touches de rouges venir illuminer brièvement ses joues avant que celles-ci ne reprennent un teint très pâle. « On ne voit que moi parce que je sus alitée comme une idiote. » rappela-t-elle alors.  « Je t'ai chercher au début de l'attaque mais je ne t'ai pas vu... » Elle aussi l’avait brièvement cherché mais elle ne l’avait pas vu. « Pas besoin de s’inquiéter, je suis en un seul morceaux. » répondit-elle en s’efforçant de sourire, tout en masquant sa douleur du mieux qu’elle pouvait. Elle avait réussi à fuir en faisant preuve de sang-froid, d’ingénierie. Elle avait eu une idée de génie en brisant  la fenêtre de la grande salle pour s’enfuir dehors, elle n’avait pas eu le temps de trouver qui que ce soit, et avait fait le choix égoïste de prendre la fuite, si ça se trouvait Gideon avait été tout près d’elle. « J’ai fui dans le parc avec quelques élèves -  quand je ne t'ai pas vu, j'ai... j'ai fui, on a été poursuivi jusqu’à la cabane du garde-chasse et là… j’ai été touchée, bêtement en plus. » confessa-t-elle alors. Oui, très bêtement, en voulant aider Ramsat gaunt –qui probablement ne lui aurait jamais tendu la main dans pareille situation, et avait pris un sortilège probablement destiné au jeune homme. « Mais… maintenant ça va, ça va. » Elle aurait voulu dire , « maintenant que je sais que tu vas bien », mais elle n’était pas adepte des élans d’affection, et encore moins d’avouer ce qu’elle pouvait réellement ressentir, car elle avait beaucoup d’affection pour lui, plus qu’elle n’aurait bien voulu l’admettre.



you saw her beauty but
not the iron underneath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 201
Célébrité choisie : Dylan O'brien
Disclamers : moué



MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Dim 22 Fév - 22:47

Bon sang, il avait mal à l’épaule. Mais ce n’était rien en comparaison des autres blessés, il s’estimait particulièrement chanceux de n’avoir été que blessé de la sorte. Le comportement  des assaillants l’avait particulièrement intrigué, et pourquoi prendre son sang … parce qu’il était pur ? Archie savait qu’il avait le sang pur mais il s’en fichait comme de la première dent de Dumbledore.  « Voici votre bon Amstrïn, prenez votre temps pour vous lever, si vous sentez que la tête tourne rester assis, si quelques choses ne va pas, appelle au secours. » Avait-alors dit l’infirmière en lui tendant son bon de sortie, le tirant plutôt brutalement de ses pensées. Tout ne semblait pas logique, il y avait une faille, pourquoi attaquer tout Poudlard pour récupérer du sang pur, cela n’avait pas de sens, de plus le sang dit « pur » ne semblait doter d’aucune particularité magique particulière à première vue. « Merci Miss Camlann » dit-il avant qu’elle ne disparaisse dans le tumulte de l’infirmerie. Il voulut commencer à se lever quand son frère passa alors à côté de lui, « Blessures de guerre Archi, te voilà forgé comme un soldat, ou un habituer de l'infirmerie maintenant » Il esquissa un petit sourire, c’est vrai qu’il était un véritable habitué de l’infirmerie, après tout c’était peut-être la troisième fois qu’il s’y retrouvait en un mois, et trois fois pour son épaule – pas pour les mêmes raisons. Il n’eut pas le temps de lui répondre qu’il le vit disparaitre vers le lit de Felixia – vers la blessée qu’elle était. Cela fit sourire Archie qui savait ô combien son frère avait de l’affection pour la reine des glaces, si ce n’est plus d’ailleurs.

Il prit cinq bonnes minutes pour reprendre ses esprits et poser ses deux pieds sur le sol, il semblait tanguer un peu au début mais tout alla rapidement mieux. Il se leva alors, tournant alors la tête pour voir un visage familier, et il vit les deux jeunes femmes qui avaient été sa compagnie de la soirée dernière – d’une certaine façon. Daenerys Malfoy et Leonie Pevensie. En titubant doucement au départ, puis en plein possession de son équilibre, son bon dans la main qu’il glissa à l’intérieur de va veste de smoking encore tout tâché de la veille, un peu de sang sur sa chemise, et sa veste noire pleine de poussière il se dirigea vers elle, et demanda alors, s’inscrutsant dans la conversation, essayant d’esquisser un petit sourire. « Vous allez mieux les filles ? » Il allait bien, l’épaule était bandé, mais ce n’était rien, Daenerys avait été bien plus mal en point, sans parler de la jambe de Leonie. Il ne pouvait pas dire qu’il ne s’était pas inquièter, après tout, ils formaient un sacré trio maintenant – trio dans l’aventure.



Remember me for centuries
Some legends are told Some turn to dust or to gold  But you will remember me   Remember me for centuries  And just one mistake Is all it will take We'll go down in history. Remember me for centuries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 615
Célébrité choisie : Dylan O'Brien
Disclamers : electric bird.





MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Mar 24 Fév - 22:15


    « On ne voit que moi parce que je sus alitée comme une idiote. » Il est vrai que le jeune Flamel n'avait pas vraiment réalisé la phrase qu'il venait de lui dire. Parfois, il parlait plus vite qu'il ne pensait ou le contraire. Il n'avait pas eu un moment à lui avec elle sympathique depuis des années et il avait du aller à ce foutu bal pour passé un moment court mais appréciable avec elle. Très court même. Il n'avait pas entendu de mot bien sympathique depuis bien longtemps venant de sa part et il avait même commencer à la croire. Au fond, cela l'avait toucher et parfois, il avait essayer de le lui faire comprendre sans trop le montrer.  « Pas besoin de s’inquiéter, je suis en un seul morceaux. »  Heureusement avait-il envie de dire. D'ailleurs, il le pensait. Il ne savait pas vraiment la manière dont il aurait réagit si il avait apprit que quelque chose lui était arriver. Malgré que même si elle était en un seul morceaux, fort heureusement au passage, il était inquiet car elle avait beau essayer de faire ce maigre sourire, il savait très bien que si elle était à l'écart de tous, c'est qu'elle était plus souffrante que les autres. « N'oublie pas quand t'en que futur grand médicomage, j'arrive à savoir que les gens souffrent de douleur, du moins, quand c'est toi je le sais » dit-il alors. Il est vrai que le serdaigle voyait déjà un bel avenir tout tracé pour lui. Un avenir où il deviendrait médicomage et l'un des plus grands que le monde des sorciers pourrait connaître. C'était son objectif à lui. « J’ai fui dans le parc avec quelques élèves - quand je ne t'ai pas vu, j'ai... j'ai fui, on a été poursuivi jusqu’à la cabane du garde-chasse et là… j’ai été touchée, bêtement en plus. » Parfois, sous n'importe quelle émotion, chaque être humains avait différentes façons de réagir.  La fuite, le braquage, l'action, la défense. Gideon était réfléchi. Il n'aurait mis la vie de personne en danger. Bien que parfois, la fuite était une solution. « Mais… maintenant ça va, ça va. »  Le serdaigle regardait la serpentarde. Il n'était pas convaincu du ça va mais il n'avait pas vraiment le choix.  « Tu sais que si tu veux t'enfuir d'ici, je peux te faire sortir, tu me dis et je pousse le lit jusqu'aux escaliers, bon t'aura peut-être mal après mais bon... Qui ne tente rien n'a rien » dit-il alors pour détendre l'atmosphère.  « Tu sais que la directrice à été toucher à l'embuscade... C'est aller très vite...» dit-il alors bien qu'il n'avait pas envie de revoir cette fameuse soirée dans ses souvenirs. Tout avait basculer. Personne n'avait été en sécurité.  « On en parlera plus tard, un repos mérité avant que serdaigle battent serpentard au quidditch » dit-il alors en guise de provocation. Ou plutôt une invitation à venir regarder le match quand celui-ci aura lieu.


Je suis comme le soleil et la lune, on me voit sans jamais m’atteindre. ▵ ©️endlesslove.
Ameno ameno dore ameno dori me ameno dori me ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 375
Célébrité choisie : Grant Gustin
Disclamers : moi-même(avatar), tumblr (gifs), broadsword (sign)



MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Mar 24 Fév - 23:14

Rien que par sa présence à mes côtés me confirmait qu'Arista n'avait pas subi de trop gros dégâts la nuit dernière. Mais à sa mention d'Ashling, je ne pus m'empêcher de froncer les sourcils.Tout en essayant de me souvenir des paroles des sorciers, je ne pus uniquement me dire que si Ashling était dans un état grave, Arista me l'aurait certainement dit. « Mes souvenirs sont aussi flous que ma vue en ce moment mais je crois me rappeler qu'ils disaient quelque chose du genre « pour la vérité qui éclatera tôt ou tard ». Et qu'ils s'en sont uniquement pris à Ashling. Du moins, vu la manière dont l'un d'entre eux me tenait, me menaçait et m'empêchait de bouger, ils auraient pu me poignarder également mais ne m'ont strictement rien fait. Tu parles d'un comportement particulier. » Après tout, s'ils en avaient voulu à tous les Sang-Purs, ils n'auraient fait qu'une bouchée de nous trois. Or seule Ashling avait été gravement amochée avec la lame. « J'ai l'impression qu'ils lui ont pris du sang d'ailleurs. » Pourquoi son sang ? Pourquoi elle ?Les élèves autour de nous que je n'arrivais pas à reconnaître se posaient-ils ses mêmes questions ? Le sujet aurait pu continuer si Arista n'avait pas décidé de partir sur tout autre chose. Je me tus alors qu'elle déblatérait sa phrase. Je n'étais pas seul, j'étais un très bon ami. Je retins de justesse un soupir triste sortir de ma bouche. Je n'avais pas sorti cette phrase parce que je me sentais seul et que j'avais besoin d'amis. C'était la situation qui avait voulu que je m'énerve à ce point. La situation et mon état également. Moi qui me pensais être habitué à ne pouvoir jamais l'avoir, voilà qu'elle me le confirmait une nouvelle fois. Parce que nous étions que de très bons amis, qu'elle avait Neal et cela s'arrêtait là. « Tu sais, j'ai explosé hier soir car la situation a fait que j'étais à bout et que je ne supportais plus rien. » Je voulus rajouter un « Demande à Daenerys, elle n'a pas arrêté de me sonder de la soirée avec son pouvoir de Legilimens » ainsi que le mélange de jalousie et d'alcool ne faisait pas bon mélange mais ne dis rien. Que pouvais-je répondre à ses excuses de ne plus se voir comme avant ? Et puis d'ailleurs, si Arista n'avait pas été forcée de rester à l'Infirmerie, pourquoi était-elle ici à mon chevet et non avec Neal qui avait dû s'inquiéter comme pas possible ? Pourquoi m'avait-elle choisi, moi ? Je passais mes mains sur mon visage, espérant secrètement que ma vue revienne beaucoup plus rapidement que prévu avant de reprendre la parole. « Je ne vois pas pourquoi tu t'excuses. Nous avons chacun nos emplois du temps qui sont plutôt chargés et tu as Neal... Bref. » En tentant de la regarder, je me surprends à esquisser un léger sourire que je trouve faux mais là pour ne pas la froisser. La tristesse s'était finalement fait son chemin. « Puisque toi, tu arrives à y voir beaucoup plus clair, peux-tu me dire si les autres vont bien ? » J'essayais tant bien que mal de changer de sujet mais cela allait-il être suffisant ? Pas sûr.


tell me you're okay
« you got to let me in or let me go before you drown cause you're dying just to tell me you're not. you said darling i'm not alone. that there will be a piece of you everywhere i go. i won't be fine here even sat still. i got to let you in or let you go before i drown. well there's a place in the hallway where you left me. »
code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 142
Célébrité choisie : Emma Watson
Disclamers : Fassylover




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Jeu 26 Fév - 1:47

Arista utilisait souvent les mauvais mots pour s’exprimer, surtout lorsqu’elle était face à Eliott. En réalité, c’était sans doute l’une des raisons qui expliquaient pourquoi ils se voyaient moins souvent. Il y avait quelque chose qui clochait, mais la sorcière n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. Si elle avait connu l’étendue des sentiments du poufsouffle à son égard, la situation aurait été toute autre. Pour la belle, elle était en couple avec Neal et c’était aussi clair dans la tête de tous les étudiants de Poudlard. Comme si elle ne pouvait pas voir qu’on pouvait continuer de s’intéresser à elle quand même. À vraie dire, elle était complètement naïve en ce qui concernait les sentiments d’Eliott pour elle, ni même ce qu’elle pouvait éprouver pour lui. Car oui, si elle avait été en mesure de l’ignorer plus tôt, des mois durant, la soirée d’hier avait éclairé bien des lanternes. Elle ne pouvait ignorer en quelque sorte à quel point ses doigts étaient à l’aise dans ceux du jeune homme, combien elle se sentait calme à ses côtés. Avec Neal, elle était toujours en colère et exaspérée ces derniers temps. Ce qui expliquait sa présence ici. Ils parlèrent de ce que les sorciers disaient, du fait qu’ils avaient pris le sang d’Ashling. « Je suis d’accord, j’espère que la directrice, voire les professeurs, vont nous éclairer à ce sujet. Ils vont sans doute nous poser des questions à tous pour essayer de comprendre ce qui s’est produit. Nous avons entendus et vu des choses précises… Le sang d’Ashling… Je me demande si elle a quelque chose de spécial… » Finit-elle par murmurer, en observant la jeune fille tout près d’eux. Elle semblait mieux aller, elle parlait avec un membre de sa famille. Elle aurait évité d’utiliser le simple mot ami si ça avait pu aider la suite de la conversation. Les paroles de Flint l’échappaient, elle devrait lui demander ce qu’il voulait dire quand il ne serait pas alité. Elle voulut lui demander de préciser la situation lorsqu’il continua dans sa lancée, parlant de Neal. Sa mâchoire se serra et pour la première fois depuis qu’elle était près de lui, elle baissa les yeux au sol. Elle espérait qu’il était encore assez aveugle pour le remarquer. « Oh si seulement c’était que ça. » Le sarcasme dans sa voix était pesant, Eliott avait aucune idée à quel point elle pouvait être malheureuse ces derniers temps, d’autant plus qu’ils ne se croisaient pratiquement plus. Elle profita du fait qu’il changea de sujet pour lui répondre : « Il y a plusieurs personnes alitées… Mais Ashling va mieux, elle est tout prêt et parle avec Caleb. Daenarys et Cole vont s’en sortir. » Finit-elle, sachant que ça compterait aux yeux de son ami. Puis, ne pouvant continuer dans sa lancée, Neal apparu à l’infirmerie, la surveillant. « Désolée, je dois y aller. On se revoit bientôt, Flint. » Elle essaya de partir sur une bonne note, mais sa voix était toujours aussi tendue lorsqu’elle se leva pour rejoindre son pseudo petit-ami…


  

ANIMALS + SO WHAT YOU TRYING TO DO TO ME, IT'S LIKE WE CAN'T STOP, WE'RE ENNEMIES. BUT WE GET ALONG WHEN I'M INSIDE YOU. YOU'RE LIKE A DRUG THAT'S KILLING ME.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 56
Célébrité choisie : Emma Roberts
Disclamers : Glory Night





MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   Jeu 26 Fév - 16:37


    Ashling s'était réveillée à l'infirmerie complètement sonnée mais surtout étourdie. Elle avait mis plusieurs minutes avant de se rappeler des événements de la veille et sa première réaction avait été de partir de l'infirmerie. Elle avait échoué lamentablement puisque l'infirmière l'avait rabrouée avant de lui mettre une potion dans les mains. Jetant un regard étrange à la fiole, la demoiselle vida son contenu en soupirant avant de se rallonger sur son lit. Machinalement, elle sortit sa baguette et joua avec tâchant de démêler les informations de la veille. Elle avait conscience que leurs assaillants ne s'en était pris qu'à elle et la raison lui semblait évidente. Eliott et Arista étaient aussi de sang-pur donc cela n'avait rien à voir avec ça, restait sa particularité d'être une descendante de Godric Gyrffondor, un fondateur. Après tout, quand l'autre abrutis qui l'avait saignée avait vu son sang, il avait mentionné le fait qu'il s'attendait à ce que son sang de gryffon soit rouge et or. Puis, il y avait cette phrase sur la vérité qui rappelait une vieille légende à Ashling sans qu'elle n'arrive précisément à mettre le doigt dessus. Elle aurait bien aimé en parler à Eliott ou Arista, juste à côté d'elle, mais elle préférait les laisser discuter ensembles sentant que c'était important pour eux deux.Quand elle vit son cousin arrivait, un soupir de soulagement franchit ses lèvres. Elle allait enfin savoir comment allait les autres car elle s'inquiétait pour eux, c'était d'ailleurs, la raison qui l'avait poussé à vouloir quitter l'infirmerie. Savoir comment aller son frère et ses cousins, elle tenait à eux et elle craignait qu'on s'en soit aussi pris à eux mais plus violemment les poussant à aller à Saint-Mangouste. Elle l'accueillit avec un sourire franc avant d'hausser les épaules d'un geste fataliste. « Assez bien, je suis étourdie à cause d'un sortilège perdu lorsque les professeurs nous ont retrouvés mais sinon j'ai récupérer de mes autres blessures. Je pense que le sang que ces enfoirés m'ont pris doit aussi aider à mon étourdissement mais ça va. Et les autres, ils vont bien ? T'as eut des nouvelles des parents aussi ? » Ashling fixait son cousin tout aussi inquiète pour les autres que lui l'était pour elle. Elle avait peur pour les membres de sa famille et elle aurait aimé pouvoir parler seule avec eux de ce qui était arrivé mais avec le monde c'était peine perdue. Du coin de l’œil, elle vit Arista laisse Eliott pour rejoindre son petit-ami et une nouvelle question surgit sans qu'elle ne puisse stopper ses lèvres. « Jayden va bien aussi ? » Se mordant la lèvre et virant légèrement à l'écarlate, elle détourna les yeux et forçant à trouver un moyen de détourner la conversation gênante qui allait s'en suivre. « Eliott, rassure-moi, tu vas pas rester aveugle, hein ? Non parce que se serait vraiment idiot et qu'on perdrait un futur médicomage de talent... En tout cas, merci de...d'avoir été là... » Ashling s'était lancée cherchant à détourner l'attention de son cousin sur sa gaffe sans même réfléchir. Elle n'avait pas écoutée la conversation qu'il avait eut avec Arista et n'avait donc pas retenu les informations sur son évolution d'état. La suite avait été plus difficile a sortir, la jeune fille ayant toujours préféré se montrer forte. Soupirant, elle attrapa doucement la main de son cousin, elle la serra brièvement trois fois, lui faisant comprendre qu'elle aurait des choses à lui communiquer à sa sortie sur l'attaque. La jeune Gyrffondor était méfiante, pas envers Eliott mais envers les autres, après tout, c'était peut-être l'un d'eux qui les avaient attaqués.



Quidditch forever
i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream. ❧ hedgekey
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: INTRIGUE - LE JOUR D'APRES   

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE - LE JOUR D'APRES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OBLIVIATE ::  :: La gazette du sorcier :: Les déclarations du Ministère :: INTRIGUE N°1 - the yule ball-

Sauter vers: