NAVIGATION
Oyez, oyez chers membres ! Soyez les bienvenus sur Obliviate, votre forum Harry Potter.


LE JOUR DES FONDATEURS
SUJET AD VERITAS
SUJET CLUB DE LA PURETE
SUJET REVOLUTIONNAIRE

Nous recherchons les postes vacants qui se trouvent juste ici pour le futur du forum, et dans les intrigues à venir. Ces postes vacants ne donnent que des grandes lignes et tout reste encore à créer.
LES MEMBRES DU MOIS
Nous sommes fiers de vous présenter les deux membres les plus actifs du mois, il s’agit de Gideon Flamel et de Megara Harkness, nous les félicitons et les remercions pour leur activité !








Partagez | 
 
⊰ so cold (daenerys) ⊱
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 65
Célébrité choisie : Tobias Sorensen.
Disclamers : © Odairs.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: so cold (daenerys)   Lun 26 Jan - 19:55

« Merci pour les précisions apportées, Mr McKintyre. Vous pouvez partir et vaquer à vos occupations. » L'Auror ferma le dossier laissé ouvert durant toute la durée de l'entrevue. Les autorités n'avaient pas hésité une seule seconde à envoyer une lettre à Snicklepitch afin d'avoir l'autorisation d'interroger Brynden sur une affaire encore non-élucidée. Cela faisait quatre mois qu'Hailey Blackstorm n'était plus de ce monde et aussi quatre mois qu'ils n'avaient pas mis la main sur le coupable. Les familles Blackstorm et Black s'étaient unies pour trouver l'assassin - car n'étaient-ils pas les plus compétents dans ce domaine, hormis les Aurors ? - et avaient communiqué chacune de leurs trouvailles au ministère. On soupçonnait fortement un sorcier aux antécédents obscurs, désormais classés dans la liste rouge du bureau des Aurors. L'enquête n'était pas fermée car telle était la volonté des parents d'Hailey, chose tout à fait compréhensible. Cependant, l'enquête avançait avec une lenteur exaspérante et Brynden n'avait pas échappé à de nombreux interrogatoires. Il ne faisait pas vraiment parti des suspects, mais il était selon l'Auror nécessaire de lui poser diverses questions à propos d'Hailey pour comprendre ce qui avait pu se passer en toute exactitude. Autant qu'ils voulaient savoir si le McKintyre avaient des informations à fournir sur les relations sociales d'Hailey, ses habitudes ou encore - incroyable mais vrai - pourquoi avaient-ils refusé l'invitation de séjourner chez Morrigan au moment de la mort d'Hailey.

Les questions, Brynden trouvait ça agaçant. Ce fut pour cette raison qu'il claqua la porte de la pièce avec mauvaise humeur, sa grise mine ne le quittant pas pendant qu'il marchait dans les couloirs de l'école en direction du parc. Certes, il ne faisait pas bon à l'extérieur, sauf qu'un peu d'air frais ne pouvait qu'être bénéfique pour le Gryffondor. C'était à l'extérieur du château qu'il se rendait à chaque fois que la frustration ou la colère s'emparaient de lui. Tout avait changé. Le quatuor composé de Brynden, Hailey, Rabastan et Morrigan n'existait plus vraiment. Ses journées étaient nettement moins drôles que l'année précédente, le quatuor s'étant plutôt transformé en duo... car ne restait plus que Brynden et Rabastan pour être inséparables. Si Morrigan continuait d'être une des meilleures amies de Rabastan, elle ne s'approchait plus de Brynden. Tant mieux, d'ailleurs. C'était préférable ainsi. Sans oublier que Brynden s'était récemment mis Leonie à dos en lui avouant l'horrible traîtise dont il avait fait preuve en cachant les véritables raisons de leur rupture cinq ans auparavant. Cinq ans avant ou pas, c'était du pareil au même pour Leonie. En l'espace d'un laps de temps particulièrement court - sur toute une vie - Brynden avait énormément perdu. Volontairement ou pas.

Brynden arpentait le parc de Poudlard, main dans les poches. C'était un dimanche creux et froid où tous se serraient contre leurs draps pour se réchauffer. Hyperactif sur les bords, Brynden n'était pas de ceux qui dormaient comme des loirs. Entre le moment où on se réveillait officiellement le matin et l'instant où il était l'heure de se coucher, il y avait toujours une occupation. C'était une sorte de philosophie que sa mère lui avait appris très tôt. Il se rapprochait désormais du lac noir, qui était entièrement gelé à cette triste période de l'année. La nature était aussi vide d'activité que de présence humaine... hormis de celle d'une jeune femme blonde assise au bord de l'eau, les jambes repliées contre sa poitrine. Ce port gracieux et princier, Brynden ne pouvait que le connaître par coeur. C'était Daenerys Malfoy. Cela semblait faire des lustres qu'ils n'avaient pas discuté. Discuter. Une vraie discussion. Un concept qui était tout aussi lointain. Difficile de faire demi-tour quand il apercevait Daenerys. Elle était tel un aimant, Brynden appréciait toujours de la croiser ou de passer des instants privilégiés avec. Le McKintyre se dirigea vers la Serpentard, s'installant en tailleur près d'elle et fixant l'horizon. Il extirpa une cigarette de sa poche, la portant à ses lèvres avec désinvolture et l'allumant. « Ca fait un bail, Malfoy. » lança-t-il, faussement décontracté. Parce que ce n'était pas vraiment de la décontraction qu'on pouvait lire sur le faciès de Brynden. On pouvait encore y déceler de la colère et une agressivité qu'il contenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 136
Célébrité choisie : TERESA PALMER.
Disclamers : ASTORIA + TUMBLR.



MessageSujet: Re: so cold (daenerys)   Lun 26 Jan - 22:23

Tu enfiles ta cape de sorcière et sors à l'extérieur, te dirigeant directement vers le lac. Ton pas se veut rapide mais léger. D'ordinaire, tu n'aimais pas sortir seule. Tu avais toujours besoin d'être accompagnée. Soit par Crescentia, soit par Evander. Mais l'un comme l'autre avaient l'air de s'éloigner peu à peu de toi. Tout du moins, tu avais cette impression. Tu avais la douce impression qu'Evander passait ses journées à continuer sa vendetta envers votre frère aîné, et que Crescentia, plus proche que jamais de Ramsay, s'éloignait un peu. Aries était celui que tu voyais le plus au final, celui avec qui tu étais la plus proche actuellement. Malheureusement, ton monde semblait s'écrouler, alors que tu avais une lettre de ton père entre les doigts. C'était la raison de ta solitude. De ton envie de partir au loin, de t'éloigner de tous les élèves, de tes amis, de tes connaissances, des choses qui pourraient parasiter ton jugement. Parce que tu savais ce que signifiait cette lettre, tamponné au sceau des Malefoy. Ton père ne t'écrivait jamais, il ne t'avait jamais écrit. Et pourtant, tu étais la prunelle de ses yeux – après Evander -. Seule ta mère avait toujours daigné t'écrire, et le sceau qu'elle utilisait, bien que surmonté de la même lettre, était d'une couleur différente. Celui qu'il y avait sur cette lettre était celui d'Hypérion, sans aucun doute.

Tu t'agenouilles sur le sol enneigé, plongeant ton regard dans l'eau noir du lac. Tu penses avoir remarqué la présence d'une sirène, mais tu es persuadée que tu t'es trompée. Ces créatures n'iraient pas aussi prêt de la surface, pas avec les températures extérieures. Tu passes une main dans tes cheveux, puis inspires profondément. « lances-toi, dae, tu peux le faire. » Tu inspires de nouveau, avec un plus grand effort, puis décroches le sceau, scellant la lettre. Tu attrapes le parchemin qui se trouve à l'intérieur. L'écriture est délicate, et tu reconnais sans mal l'écriture de ta mère. Cependant, en commençant à lire, tu comprends que ton père lui a simplement dicté ce qu'elle devait t'écrire. Elle ne te parle pas avec son amour habituel. Ton souffle se fait court, alors que tes yeux vont d'une ligne à l'autre. La lettre ne t'indique rien de concret. Seulement que tu vas être fiancé à quelqu'un. Un membre d'une bonne famille, sans aucun doute. Quelqu'un de prestigieux, sûrement. Quelqu'un de beau, un bon parti. Quelqu'un partageant sûrement les idéaux de ton père. Tu ne sais pas qui il est, car son nom n'est pas noté sur cette maudite lettre, mais tu sais qu'il existe, qu'il erre dans l'enceinte du château. Tu serres le papier entre tes doigts, en fait une boule et la jette dans la neige devant toi. Avant de sortir ta baguette, et d'un sortilège de lévitation, t'amuser avec cette dernière. Ton regard se perd dans l'étendue aqueuse noire en face de toi, et tu vagabondes dans tes pensées, ta baguette s'amusant toujours avec cette maudite boulette de papier. Quelqu'un se pose près de toi, et tu tournes légèrement la tête. Brynden. Ton souffle se coupe. Sa beauté est transcendante, magique. Mais cette attitude machiste et arrogante qu'il dégage, est rebutante. « ça fait un bail, malfoy. » Tu abaisses ta baguette, qui dépose le bout de papier en quelques secondes, avant de le déplier par magie et le défroisser. Tu avais appris cette technique, lors de ta première année. Année qui avait été la plus difficile pour toi. Année où tu avais rencontré Brynden. Brynden qui avait ton premier petit-ami, celui avec qui tu avais vécu tes premiers baisers, tes premiers sourires, tes premiers échanges de regards. Celui avec qui tu avais perdu ta virginité, et tout ce que tu étais censée réserver pour le mariage. Le mariage. Tes yeux s'abaissent vers le parchemin une nouvelle fois, avant de prendre la cigarette de la bouche de Brynden et d'en tirer quelques taffes. « pas assez longtemps, si tu veux mon avis, mckintyre. » Tu lui souris, avant de lui donner un coup de coude et de le prendre dans tes bras. Il n'a pas eu la vie facile, ces derniers temps. Et tu sais qu'il n'est pas là simplement pour admirer le paysage. Tu laisses la lettre, quelques minutes. « je suis au courant, tu sais.. » Tu t'arrêtes, pas certaine que le sujet soit réellement abordable. Tout est abordable avec toi. « je suis désolée. » Tu plonges ton regard dans le sien. Tu tires une dernière taffe, puis lui rends sa cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 65
Célébrité choisie : Tobias Sorensen.
Disclamers : © Odairs.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: so cold (daenerys)   Mar 27 Jan - 0:54

Daenerys Malfoy était incontestablement la troisième femme de sa vie après sa mère et sa soeur cadette. Une rencontre peu orthodoxe autour d'un chaudron, lors de leur première année. Des conversations, des taquineries, quelques joutes verbales bien placées lorsque Brynden avait le malheur de rater leurs potions, jusqu'à en venir à des baisers volés et leur première fois. Daenerys Malfoy, alias la toute première petite-amie du célèbre McKintyre Jr. Les deux ne savaient plus trop comment ils avaient rompu. Ce n'était plus très important. Brynden et Daenerys savaient uniquement qu'ils s'étaient rendus mutuellement heureux et qu'ils n'avaient pas fait un couple chaotique. Alors, ils étaient restés de très bons amis. Dae représentait la stabilité et la beauté à l'état pur, même si elle n'était pas un ange. C'était pour cela que le jeune homme l'estimait comme une confidente. Car Dae comprenait. Elle était sacrément plus sérieuse que Rabastan lorsqu'il s'agissait d'écouter les problèmes d'autrui. C'était d'une telle amie dont Brynden avait besoin à cette période troublée de sa vie, où il ne contrôlait plus vraiment ses actes et pensées.

La vipère et le félin assis au bord d'un lac gelé, regards vers l'horizon. C'était beau et nostalgique, sous ce paysage enneigé. Daenerys avait défroissé cette boule de papier avec laquelle elle s'amusait avant qu'il ne l'extirpe de son jeu et sans nul doute de ses réflexions. Les années n'avaient pas entaché la beauté de la Malfoy, bien au contraire. Plus jolie chaque jour, plus femme. Elle s'empara de la cigarette de Brynden, tirant une bouffée. « Pas assez longtemps, si tu veux mon avis, McKintyre. » Remarque typiquement Malfoyienne, peut-être suffisamment pertinente pour qu'un léger sourire se dessine sur les lèvres de Brynden. Daenerys lui donna un coup de coude, avant de le prendre dans ses bras. Assez inattendu, mais tellement agréable. Si Brynden n'était pas doué dans le domaine des gestes et mots affectifs, il ne se sentait pas gêné le moins du monde avec Daenerys. Après tout, ils s'étaient certainement ridiculés ensemble lorsqu'ils avaient couché ensemble, chacun perdant son pucelage. « Je suis au courant, tu sais... » Je sais que tu sais tout, Dae, pensa-t-il. Puis, comment pouvait-elle l'ignorer ? Hailey avait été sa camarade de dortoir, de classe, d'un peu de tout. Le meurtre était passé sur radio et à la une de la Gazette du Sorcier lors de la troisième semaine d'août. Sauf qu'ils n'en avaient pas discuté depuis la rentrée de septembre, occupés par leurs propres soucis et des cours de plus en plus prenants. « Je suis désolée. » Il l'avait trop entendu, celle-ci. Il y avait trois catégories du "je suis désolé(e)". La première qui était formulée par politesse car c'était la moindre des choses, la seconde par hypocrisie et la troisième par sincérité. Daenerys était de la dernière catégorie, mais pour lui. Elle n'appréciait pas spécialement Hailey du temps où cette dernière respirait encore.

« C'est dur de tomber de son piédestral. » lâcha-t-il avec amertume, tandis qu'il récupérait sa cigarette. Brynden et sa bande, qui se croyaient invincibles... libres. L'humain était-il réellement libre ? La liberté, c'était l'infini. Il n'y avait pas d'infini dans la vie, car l'infini ça ne se terminait pas et la vie ne se finissait-elle pas ? A l'instar de l'existence d'Hailey. Il fallait un rien pour être détruit. Brynden l'avait appris à ses dépens. « J'ai fais que des conneries, Dae. » Il s'interrompit, réfléchissant un instant et pesant - pour une des rares fois - les mots qui allaient franchir ses lèvres dans les secondes qui allaient suivre. « Au moins, je peux te le dire à toi. T'es la seule personne de mon entourage avec qui j'ai pas déconné, bizarrement. » Liste de conneries : être un débile égoïste, opportuniste et irréfléchi. Avoir usé des sentiments d'Hailey à son égard pour tirer avantage de la situation - pourtant, bon sang qu'il avait tenu à Hailey - et avoir trompé sans regrets sa propre meilleure amie et sa petite-amie de l'époque, Leonie. Avoir forcé autrui à commettre des actes qu'ils n'avaient jamais voulu faire ou imaginer accomplir un jour. En somme, Brynden était un horrible goujat et un des plus grands mystères de sa vie était de savoir comment avaient-ils pu se faire des amis ou même pourquoi Daenerys était fichue de le supporter. « J'sais pas si de là haut, Hailey m'a pardonné. » Daenerys devait se demander de quoi il parlait. Brynden n'avait pas raconté ses péripéties à Daenerys, autant pour préserver la fierté d'Hailey que l'image qu'il reflétait auprès de la Serpentard. Sa voix était devenu rauque et hagarde. « Tu crois qu'il y a un moyen de voir et parler aux morts, Malfoy ? » Sa cigarette s'était entièrement consumée. Brynden répandit les débris de ce tue-poumon sur la neige et jouait à présent avec la neige, ses doigts pianotant sur la substance cocaïne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 136
Célébrité choisie : TERESA PALMER.
Disclamers : ASTORIA + TUMBLR.



MessageSujet: Re: so cold (daenerys)   Ven 6 Fév - 22:26

« c'est dur de tomber de son piédestal. » A qui le disait-il. Tu étais bien placée pour le savoir. Premièrement, parce qu'il n'était pas le premier à tomber de son piédestal, que tu avais connu. Deuxièmement, parce qu'il t'était arrivé à toi aussi de tomber de ton piédestal, d'avoir l'impression que le poids du monde venait de s'effondrer sur ta carcasse. Lorsque tu étais sortie avec Ramsay par exemple. Tu avais eu l'impression que le monde s'ouvrait encore plus à toi, que tu avais réussi à redorer le blason de ta famille et que peut-être, tu allais réussir à la hisser au sommet. Diantre, tu n'étais tombée que plus bas, lorsque ce dernier t'avait lâché comme une vieille chaussette. Sans te donner de réelles explications. Il t'avait ensuite persécuté, harcelé, humilié, avant de finir par lâcher prise et te laisser un semblant de répit. Répit que tu avais réussi à user de la meilleure des manières, afin de remonter sur le trône qui t'appartenait. Tu avais réussie à remonter sur ton piédestal. Tu regardes le bout de parchemin chiffonné. «  ce qui ne tue pas, rend plus fort. » La phrase était sortie toute seule, dans ta répartie légendaire. Ton manque de tact aussi était légendaire, et là, actuellement, tu venais d'en faire preuve. Déplacé. C'était ainsi que tu voyais ta phrase, phrase qui s'était terminée sur une note brutale. La mort. Fatidique. Une fin en soit, une chute irrémédiable. La mort était la chose qui te faisait le plus peur, la chose que tu choisirais de fuir, si l'on t'offrait le loisir de faire un vœu. La meilleure amie, de ton ex-petit ami, n'avait, vraisemblablement pas eu le plaisir de se voir offrir un tel vœu. Peut-être aurait-elle choisi de mourir autrement, si cela avait été le cas. Car sa mort, décrite dans les journaux sorciers, comme un massacre terrifiant, semblait avoir été créer dans le but d'en faire un chef d’œuvre horrifiant. « j'ai fais que des conneries, dae.  » Tu tournes ta tête vers lui, et plonges ton regard dans le sien. Tu ne réponds rien, la bouche fermée, le regard impassible. Tu attends, parce que tu sais qu'il cherche ses mots, tu sais qu'il va en rajouter. Tu sais que sa phrase n'est pas terminée. Parce qu'elle ne peut pas se terminée ainsi. « au moins, je peux te le dire à toi. t'es la seule personne de mon entourage avec qui j'ai pas déconné, bizarrement. » Tu lèves les yeux au ciel, avant de passer une main dans tes cheveux. « je suis certaine que je peux trouver une ou deux fois, où tu as déconné avec moi, brynden.. » ta voix, se veut légèrement teintée d'humour. Parce que tu veux détendre l'atmosphère. Pesante, tu ne l'apprécies guère. Tu décides de bouger, et te places juste devant lui. Tu poses ta main sur son menton, et le relèves, avant de plonger tes yeux dans les siens, et de lui sourire d'un sourire franc et sincère. « la vie est faite d'erreurs, brynden, et il n'est jamais trop tard pour les rattraper. » Même lorsqu'une personne mourrait, il y avait toujours un moyen de faire quelque chose. Se pardonner soit-même, par exemple. « et je veux que tu saches, que quoique tu fasses, je serais toujours là pour toi. accroches toi à ça. » Sentimentale. Tu ne l'étais que trop peu souvent, pourtant, lorsque tu l'étais, il semblait que tu n'avais jamais été autrement. Tu avais le cœur sur la main. « j'sais pas si de là haut, hailey m'a pardonné. » Tu baisses les yeux vers le sol enneigé. Et tu t'empresses de retenir tes larmes. Peu de personnes arrivaient à te toucher, mais Brynden faisait parti de ces personnes. Ces personnes qui arrivaient à faire ressortir en toi, le meilleur. Tu secoues légèrement ta tête, puis fronces les sourcils. Que devait-elle lui pardonner ? Le fait d'avoir jouer avec ses sentiments ? Ou le fait qu'il sortait avec Leonie en même temps qu'il couchait avec elle ? Tu étais au courant de toutes ces petites choses, ton don t'ayant énormément aidé ces dernières années. « tu crois qu'il y a un moyen de voir et parler aux morts, malfoy ? » Ton souffle s'arrête alors. Sa question se perd dans les méandres de ton esprit. Tu te souviens des livres que tu as lu, des extraits de magie noire qui traitent des esprits. Des grimoires aux desseins sombres, rangés dans le manoir familial. Toutes les choses ayant attraits à la noirceur, au mal, aux esprits, mais surtout, à la mort. « même si c'était le cas, ne crois-tu pas que les morts, souhaiteraient rester morts? » Tu ne le regardes pas, parce que tu as peur, qu'avec les émotions qui te traversent, tu ne te perdes dans le tourbillon de ses pensées. Tu aimerais l'aider. Lui changer ses souvenirs en pénétrant dans son esprit, lui supprimer la douleur, lui donner de la joie. Mais tu ne pouvais te le permettre. La magie n'avait pas de limites. Même faire revenir des gens à la vie, était possible, selon tes récentes lectures sur la pierre de résurrection. Tu savais qu'il était donc possible de parler avec les esprits, et de les voir. Mais que cela requérait une maîtrise parfaite de la magie, et qu'il fallait sûrement se noyer dans les profondeurs abyssales de la magie noire. Tu ne pensais pas ton ami prêt, juste pour parler à Hailey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 65
Célébrité choisie : Tobias Sorensen.
Disclamers : © Odairs.




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: so cold (daenerys)   Mer 11 Fév - 0:28

On disait souvent de Brynden McKintyre qu'il était égoïste. On lui conseillait alors d'avoir davantage de considération pour les sentiments d'autrui, lui qui ne savait consoler ses proches lorsque ceux-ci tombaient ou pleuraient. Il se rappelait les rares disputes entre ses parents et les larmes de sa mère, qui se réfugiait souvent dans la chambre de son fils aîné à chaque fois que rien ne roulait comme sur des roulettes. A croire qu'il était d'une quelconque aide, mais c'était une idée fausse. La présence de Brynden n'était pas apaisante. En général, le Gryffondor se rendait utile lorsqu'il s'agissait de rire un bon coup ou empirer une situation déjà catastrophique. Brynden, c'était le garçon qui n'était ô grand jamais triste. C'était le bonhomme qui tapait du poing lorsque ses potes avaient le malheur de se plaindre ou d'émettre le moindre sentiment de faiblesse. Il était loyal mais dur en amitié, alors comment pouvait-il savoir s'y prendre pour aller mieux de lui-même ? Son chagrin se dévoilait sous un angle peu orthodoxe : la colère folle, les remarques acides, un perfectionnisme exagéré. La preuve, s'il était bon élève auparavant, Brynden était à l'apogée de l'excellence depuis septembre. Brynden n'adressait plus la parole à grand monde et se confinait même dans des recherches incessantes sur le meurtre d'Hailey, profitant du calme de la bibliothèque. Il y avait aussi cette demoiselle hypnotisante et insouciante qui lui tenait compagnie dans la Salle sur Demande, histoire de le décharger. Mais se confier à un véritable ami, Brynden ne l'avait pas fait depuis longtemps. Il avait tenté le coup avec Leonie, mais ils s'étaient rapidement querellés à cause de Morrigan. Toujours Morrigan.

Aujourd'hui, Brynden avait Daenerys. Beauté froide qui devenait chaleureuse au contact de ses proches, de ceux qu'elle aimait. Réaliste et douce à la fois avec lui. C'était ce dont il avait besoin. «  Ce qui ne tue pas, rend plus fort. » Le jeune homme inclina le visage vers la Malfoy, esquissant un merveilleux sourire en coin qui ne le rendait que plus charmant. Cette phrase avait été son credo, de l'époque récente où il se croyait surpuissant. Cela l'avait motivé à devenir meilleur au Quidditch, de supporter n'importe quelle situation pour en ressortir victorieux. Là, Brynden avait ouvert les yeux. Hailey Blackstorm avait été une partie de sa vie qu'il avait perdu. Elle était cette battante qui avait été sa première amie. Celle qui osait le gifler s'il allait trop loin dans ses bêtises, celle qui lui avait tendu la main quand il ne cessait de la refuser. Et tout un tas d'autres détails encore. « Je suis certaine que je peux trouver une ou deux fois, où tu as déconné avec moi, Brynden... » Mensonge. D'ailleurs, Brynden s'étonnait de ne pas avoir failli à son rôle de petit-ami avec Daenerys. Tous savaient qu'il était un éternel arrogant, idiot et imbu de sa personne qui n'éprouvait pas de remords à chaque fois qu'une de ses conquêtes pleurait. Mais Brynden n'était pas celui qui avait osé chagriner la princesse Dae, l'impassible et résistante Malfoy. Dans le domaine, c'était plutôt Ramsay. L'évocation seule de ce prénom le fit grincer des dents. Oh, il avait rendu Daenerys verte de rage lorsqu'il avait par mégarde mis feu à sa plus belle robe. Un incident mineur qui le faisait encore rire. « La vie est faite d'erreurs, Brynden, et il n'est jamais trop tard pour les rattraper. Et je veux que tu saches, que quoique tu fasses, je serais toujours là pour toi. Accroche-toi à ça. » Les derniers mots de Daenerys eurent un impact positif sur le Gryffondor. Ses doigts cessèrent de jouer avec la neige qui avait couvert les herbes mortes pour se glisser entre ceux de la Malfoy. Le soutien de Daenerys valait tout l'or du monde. Au fond de lui-même, il espérait que celle-ci soit là pour une toute une vie. Parce qu'avec Daenerys, il n'y avait pas besoin d'aller si loin dans ses paroles pour qu'elle comprenne. Dae, elle avait des dons. Elle lisait chez autrui comme dans un livre ouvert, avec sa perspicacité et sa faculté de Legimens. Si ça ne réconfortait pas les autres, Brynden trouvait au contraire ces détails positifs lorsqu'on comptait Daenerys dans ses proches. Avec elle, le jeune homme n'avait pas peur de parler. Ni de lui faire savoir le moindre de ses faits et gestes, de ses torts. C'était certainement ce qui avait fait tenir leur relation, des années auparavant. Un lien fort qui ne s'était pas fanée avec le temps.

L'idée soudaine de faire raviver le coeur mort d'Hailey était venue à l'esprit automatiquement, comme une funestre évidence. « Même si c'était le cas, ne crois-tu pas que les morts, souhaiteraient rester morts ? » Faire renaître les morts s'associait à un crime contre le normal, contre le plus grand bien. La magie avait ses limites et faire revivre ceux qui n'étaient plus vivants équivalait à trahir l'équilibre de la sorcellerie. C'était de l'art occulte. La magie blanche, Brynden l'avait souvent transgressé. Plutôt volontairement. Mais aller si loin était au-delà du possible. Sa raison le lui confirmait. Il disait des sottises et c'était pour cela que Daenerys lui avait adressé cette remarque, douce et ferme à la fois. « Je... » Une pause, une hésitation. « Hailey n'était pas un ange mais oui. Je crois qu'elle préférerait rester là où elle se trouve désormais. » lâcha-t-il avec un léger rire. Brynden se sentait beaucoup mieux, devant ce lac gelé et avec pour unique compagnie Daenerys. Le monde avait l'air de dormir. Cependant, quelque chose lui trottait encore à l'esprit. Devait-il lui avouer ? La Serpentard était un pilier, celle qui lui apporterait un soutien sans faille et une loyauté indéfectible. Qu'importe ce qu'il dirait, ce qu'il lui confierait. Elle n'était pas de celle qui se moquerait, qui le pointerait du doigt. Brynden désirait lui faire part de ses ressentis vis-à-vis de Black. Lui, qui n'évoquait jamais Morrigan si ce n'était que pour la rabaisser. Cette fois, il souhaitait changer la donne. Pourtant, Daenerys n'affectionnait pas particulièrement la Morrigan Black, princesse rebelle des vipères. Entre elles, régnaient une sorte de rivalité où Daenerys remettait sans cesse Morrigan à sa place et sans doute était-ce réciproque. Daenerys devait être au courant de ce qu'il s'était passé lorsque Brynden avait embrassé Morrigan lors d'une soirée glauque orchestrée par les Serpentard dans le but de fêter les vacances, cinq ans plus tôt. « Tu sais, Morrigan. » Le McKintyre essayait d'emprunter une voix détachée, comme si elle n'était pas importante. « J'ai l'impression qu'elle ne se soucie pas vraiment de la perte d'Hailey. Et pourtant, c'est à cause de son irresponsabilité qu'Hailey est morte. Elle l'a laissé se pavaner dans les ruelles de Londres seule. C'est là qu'Hailey est morte. Ou j'ai l'impression qu'elle se joue maintenant de mes faiblesses, qu'elle prend plaisir à me voir dans cet état. » Brynden ignorait pourquoi il débutait ainsi. Ce n'était pas vraiment le problème principal. Non, le soucis était qu'il était absolument perdu dans ses sentiments. Qu'il ne comprenait pas ce qu'il ressentait pour Morrigan, qu'il n'avait jamais cherché à comprendre non plus. Parce que c'était plus aisé de prétendre la haïr. Encore un instant d'hésitation supplémentaire. C'est parti, crache le morceau ! « Je la déteste et... » Brynden se passa une main presque désespérée sur son front, soucieux. « Je la déteste mais je la vois partout. Le pire, c'est que ça fait un bail. On ne se saque pas et putain, Dae... ça me fait toujours un effet spécial de la voir. Je crois que même dans mes cauchemars, c'est elle que j'voudrais éternellement. J'ai même parfois l'impression que mes disputes avec elle me manquent. On s'parle plus depuis l'enterrement, où je lui ai reproché la mort de... d'Hailey. »
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: so cold (daenerys)   

Revenir en haut Aller en bas
 

so cold (daenerys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OBLIVIATE ::  :: l'extérieur :: le lac noir-

Sauter vers: