NAVIGATION
Oyez, oyez chers membres ! Soyez les bienvenus sur Obliviate, votre forum Harry Potter.


LE JOUR DES FONDATEURS
SUJET AD VERITAS
SUJET CLUB DE LA PURETE
SUJET REVOLUTIONNAIRE

Nous recherchons les postes vacants qui se trouvent juste ici pour le futur du forum, et dans les intrigues à venir. Ces postes vacants ne donnent que des grandes lignes et tout reste encore à créer.
LES MEMBRES DU MOIS
Nous sommes fiers de vous présenter les deux membres les plus actifs du mois, il s’agit de Gideon Flamel et de Megara Harkness, nous les félicitons et les remercions pour leur activité !








Partagez | 
 
⊰ MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL) ⊱
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)   Lun 19 Jan - 23:16




    Je n'arrivais simplement pas à croire que ça m'arrive à moi. A n'importe qui mais pas à moi. Ce soir, c'était le bal de Noël à Poudlard. Et je n'avais pas de cavalier. Ou plus exactement, mon cavalier était momentanément indisponible. Tracy était venu vers moi en courant ce matin en me disant que Marcus était à l'infirmerie. Bien entendu, je m'y étais immédiatement précipité pour y trouver mon cavalier, blanc comme un linge, dans un lit d’hôpital.Il m'expliqua en quelque mots qu'il avait goûté une de ses potions « maison », des préparations qu'il inventait lui même, et que sa dernière trouvaille avait eue pour effet de... Faire disparaître les os de ses jambes.  Merveilleux. Après avoir crié un moment à quel point c'était un crétin, j'avais finis par me résoudre à ne pas aller au bal. J'étais retourner, morose, dans mon dortoir. Tracy, en apprenant que je renonçais à aller au bal, passa près de deux heures à me convaincre du contraire. Et si j'étais têtue, je savais aussi être raisonnable parfois. En l'occurrence en tant que membre du comité des élèves, j'avais travaillé sans relâche à la préparation du bal dans le plus grand secret, ce projet nous avait demandé tant de temps et d'énergie que je ne voulais pas gâcher ça simplement parce que monsieur avait décidé de ne plus avoir d'os dans les jambes... Puis j'étais préfète en chef. Et nous avions reçu des consignes de la Directrice nous demandant de garder un œil attentif sur le déroulement du bal. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi il était nécessaire de nous le rappeler et d'insister ainsi, mais je ne cherchais pas vraiment à savoir. Donc en fait, que je le veuille ou non, je devais aller à ce bal. Mais sans cavalier, ce qui ne me plaisait pas du tout.

    Je regardais mon reflet dans le miroir. Vêtue d'une robe bustier bordeaux cintrée à la taille, mes long cheveux brun descendant en cascade sur mon épaule gauche, je glissais mes pieds dans une paire d'escarpins argenté qui rappelait le collier que je portais autour du cou, seul chose que j'ai gardé de mon père, en plus de son nom. En arrivant dans la salle commune des Gryffondor, je remarquais que tous les regards se tournaient vers moi, même la pièce sembla plus lumineuse. Je savais bien pourquoi je déclenchais ce genre de réaction : j'étais une demi vélane. Donc pas complètement humaine, d'une beauté hors norme. J'observais un peu toujours les mêmes réactions en arrivant dans la grande salle sublimement décorée pour le bal : des regards vide, perdus, un peu hébété, avant de revenir à une attitude plus normal. Je jetais un regard circulaire sur la salle, attentive au moindre détail.



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 201
Célébrité choisie : Dylan O'brien
Disclamers : moué



MessageSujet: Re: MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)   Mer 21 Jan - 10:15

Il avait rompu avec Trixia au courant du mois décembre alors… Alors il s’était retrouvé complètement seul pour se rendre au bal de Noël, elle lui avait fait une scène, et alors ? Les filles capricieuses faisant des scènes, ce n’était pas du tout son genre et Trixia était un peu trop « hystérique » à son goût, beaucoup trop.  Alors, il fallait trouver une solution de secours et s’y rendre seul n’était pas une option envisageable pour quelqu’un comme lui – il avait une réputation à entretenir.  Un type comme lui ne pouvait décemment s’y rendre seul, et il avait cherché une fille qui n’avait pas encore de cavalier. L’an dernier, il aurait courru vers Thea en lui demandant d’y aller avec lui pour passer un moment de franche rigolade à critiquer la tenue des autres, leur façon de danser, leur façon de se tenir, boire tranquillement, rire quoi, passer un bon moment avec sa meilleure amie. Mais tout était différent maintenant, il ne pouvait plus courir vers elle, même pour lui dire bonjour c’était dur, surtout depuis qu’elle lui avait avoué avoir des sentiments pour lui, Archie se sentait coupable, et mal à l’aise à la fois. Lui il… il n’avait pas de sentiments pour elle – où était persuadé ne pas en avoir, elle était son amie voilà tout, et il ne pouvait plus lui proposer d’être son cavalier en tout amitié, maintenant la donne était différente.

Il avait jeté son dévolu sur Cedrella Goyle qui comme lui n’avait pas trouvé chaussure à son pied. Bouche trou mutuel, Archie avait craint que la soirée ne soit pas folichonne, il n’allait pas être déçu, c’était pire, il avait rarement vu une fille aussi insensible à ses charmes, et à ses diverses approches, un vrai bloc de glace sans sentiments. Après une danse qui lui avait fait mal aux deux pieds, il avait finalement décidé de la laisser vaquer à son activité de préfète et était parti en direction du buffet, attrapant une coupe de je ne sais quoi à la couleur bleu – comme le thème de la soirée. Tout en portant le breuvage à ses lèvres, il jetait un regard circulaire autour de lui, quand soudain il croisa le regard de Leonie Pevensie – il s’arrêta une demi-seconde sur elle, sans doute à cause de son sang de vélane, puis, esquissa un sourire. Il fallait bien s’amuser un peu ce soir. Il attrapa une seconde coupe de breuvage bleu – après y avoir gouté il était certain que c’était de la bière au beurre teinté, tout simplement et se dirigea vers la jeune femme lui tendant la coupe : « Tiens Pevensie, une petite coupe pour toi. » Il lui adressa un sourire et ajouta : « Pour noyer le chagrin de ne pas avoir trouvé de cavalier. » Parce qu’il était une petite… merde quand il avait décidé d’embêter quelqu’un, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)   Mer 21 Jan - 11:36


Je jetais un regard circulaire à la salle, sans vraiment m'attarder sur les professeurs ni sur les élèves, vêtus de leur plus belle tenue, qui se déchaînait sur la piste. J'avais toujours aimé les bals et les soirées mondaine, j'en avais l'habitude depuis l'enfance, mes parents étaient des « gens importants » comme on dit. Puis mon regard croisa celui d'Archibald Amstrïn. Oh non pitié pas lui. Il eu l'air un peu hébété pendant quelque seconde et je ne pu m'empêcher de sourire. Ça n'épargnait personne, c'était dans mes gênes. Puis je détournais rapidement le regard, espérant échapper ce soir à ses sarcasme. Je savais par avance que c'était raté. Je me concentrais sur un jeune couple que je ne connaissais pas et plus particulièrement sur le jeune homme qui grimaçait chaque fois que sa cavalières aux pieds comme des péniches lui écrasait les pieds. Ce qui devait arriver arriva, Archie avança vers moi et me tendit une coupe remplit d'une liquide bleu. De la bière au beurre. J'avais participé à l'élaboration de cette soirée qui n'avait donc aucun secret pour moi. Même si mon rôle était bien moindre par rapport à celui de Felixia qui avait passé quelque semaine complètement hystérique à ne plus savoir où donner de la tête pendant les préparatifs.  Tiens Pevensie, une petite coupe pour toi. Je lui jetais un regard suspicieux, pas franchement certaine que la coupe ne soit pas empoisonnée ou au moins un peu assaisonné à je ne sais quoi. Il faut dire qu'à l'époque où notre rivalité avait atteint des sommets, c'était à celui qui serait le plus mesquin, le plus vicieux. Les sorts dans le dos, les chutes un peu mystérieuse au cours des matchs de Quidditch, nous ne nous épargnions pas. Mais les choses c'étaient un peu calme aujourd'hui. Je pris la coupe qu'il me tendait, toujours un peu hésitante. Pour noyer le chagrin de ne pas avoir trouvé de cavalier. Je fixais mon regard sur les lèvres du Serdaigle. Avec la musique et le bruit de la fête, j'étais plus susceptible de ne pas comprendre ce que disait la personne en face de moi. Il me charriait. Bien sur, il aurait été étonnant qu'il me rate la dessus. Mais je ne pu m'empêcher de remarquer qu'aucune  fille n'était pendu à son bras. Pour Archie le tombeur de ces dames, c'était un comble. Mon cavalier est à l'infirmerie. Et toi, c'est quoi ton excuse ? Demandais-je avec un sourire moqueur. Aucune fille n'a trouvé grâce à tes yeux ou c'est toi qui les fait fuir ? Dis-je l'air parfaitement innocent, comme si je posais une vraie question. Les petites provocation quotidienne me maintenait en forme.



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 201
Célébrité choisie : Dylan O'brien
Disclamers : moué



MessageSujet: Re: MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)   Mer 21 Jan - 15:34

Il ne savait pas pourquoi – il n’avait jamais compris, pourquoi embêter Leonie Pevensie était un passetemps absolument divertissant. Il le faisait depuis des années sans que cela ne devienne rasoir, jamais. Il trouvait toujours une manière ou une autre de l’embêter, et vice versa, même si elle usait le plus souvent possible de son pouvoir de Préfète pour le punir, comme cette dernière retenue à nettoyer des trophées. La barbe, si seulement il avait nettoyé les siens cela aurait pu être instructif.  Bref, il lui en voulait toujours un peu après chaque retenue, et du coup il se vengeait en lui cherchant quelques noises qui le conduisaient parfois à finir en retenue, c’était un cercle infernal depuis des années qu’ils n’arrivaient pas à enrayer. Sauf peut-être la dernière fois avec l’esprit frappeur, cela avait été différents, ils avaient travaillé main dans la main – enfin façon de parler, prendre ça mai… beurk.

Il était comme ça avec elle, toujours à la chercher. Il lui donna alors la coupe, qu’elle prit hésitante. Si elle l’avait pris volontiers sans se poser de questions, cela n’aurait pas été drôle du tout. Mon cavalier est à l'infirmerie. Et toi, c'est quoi ton excuse ? Il laissa échapper un petit rire quand elle dit que son cavalier était à l’infirmerie. Ce petit sourire moqueur sur les lèvres le fit sourire, oh voilà qu’elle se mettait au sarcasme, excellent. Aucune fille n'a trouvé grâce à tes yeux ou c'est toi qui les fait fuir ?  Que de provocation ce soir, finalement il avait bien fait de ne plus tenir compagnie à Goyle qui semblait désespérément ennuyeuse en comparaison de Pevensie. « Qu’est-ce que tu lui as fait pour l’envoyer à l’infirmerie ? » demanda-t-il avec un sourire narquois sur le visage, mais aussi très amusé.  Il imaginait très bien Leonie faire sa petite préfète parfaite avec ce fameux cavalier que celui-ci a sans doute capitulé en prétendant être à l’infirmerie. Ou bien était-ce un beau mensonge pour ne pas dire qu’elle n’avait pas trouvé de cavalier. « Ou bien, tu n’as pas trouvé de cavalier et tu tentes de te justifier comme tu le peux. » Le sarcasme c’était sa tasse de thé, vraiment. Il avait un grand sourire sur les lèvres – il était toujours assez… sarcastique avec elle, parce qu’il savait qu’il pouvait l’embêter, qu’il y avait toujours matière.   « Et bien pour tout te dire j’ai trouvé la cavalière la plus ennuyeuse qui soit, et qui en une danse a réduit mes pieds en compotes – d’où le fait maintenant je sois seul, mais entre nous le dicton ‘mieux vaut être seul que mal accompagné’ prend tout son sens. » Dit-il avec un sourire mi arrogant, mi charmeur, même si faire du charme à la préfète n’était pas dans ses intention, il était toujours comme cela.  « J’aurais dû écouter les ragots qui disent que Cedrella Goyle est chiante à mourir, comme quoi être canon ne fait pas tout. » dit-il avec une moue songeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)   Mer 21 Jan - 21:10


Quand Archie me demanda ce que j'avais fait pour envoyer mon cavalier à l'infirmerie, je ne pu m'empêcher de rire. On pouvait reprocher des tas de chose à Archie, mais pas d'être ennuyeux, bien au contraire. Crois moi il y à des secrets qu'il vaut mieux ne pas dévoiler... Répondis-je avec un sourire. Bien sur je n'avais rien fait pour envoyer Marcus à l'infirmerie, son inconscience s'en était chargé. Mais je rentrais dans le jeu. Après tout, je n'allait pas passer tout le bal seule à surveiller les autres en train de s'amuser. Puis une jeune femme comme moi, seule, c'était un peu du gâchis. Puis il insinua que peut être je n'avais simplement trouvé personne. Je haussais les sourcils avec une moue dubitative. Tu m'as bien regardé Amstrïn ? Ne deviens pas insultant... Oui, je me faisais plus prétentieuse que je ne l'étais en réalité, mais ça aussi, ça faisait partie du jeu. Mais il ne m'avait toujours pas répondu sur son étonnante absence de cavalière. C'est vrai que c'était un peu bizarre de nous voir tous les deux, seuls, au bal de Noël de l'école. Et bien pour tout te dire j’ai trouvé la cavalière la plus ennuyeuse qui soit, et qui en une danse a réduit mes pieds en compotes – d’où le fait maintenant je sois seul, mais entre nous le dicton ‘mieux vaut être seul que mal accompagné’ prend tout son sens. Pour une fois, j'étais bien d'accord avec lui sur son fameux dicton. Mais je n'allais pas lui dire. Je préférais lui dire J'ai toujours su que tu avais des goûts moisis... Cedrella Goyle. Je ne connaissais pas franchement cette fille, si ce n'est de nom, et je n'avais jamais entendu dire qu'elle était chiante, mais bon... Quand à savoir si être un canon faisait tout ou non, je ne pus m'empêcher de lui répondre. La rumeur dit que tu en es la preuve vivante Amstrïn.  Libre à lui d'interpréter cette phrase comme un compliment ou non, il y avait un peu des deux. Le jeu, toujours le jeu. Quand je dis que ça me maintient en forme. Mais peut être que c'est toi qui est barbant... Et un piètre danseur... J'imagine que Cedrella n'est pas ravi non plus de son choix. Sans vraiment y penser, je bu une gorgée de la coupe que m'avait ramené le Serdaigle. Apparemment pas empoisonnée, elle avait le même goût de bierraubeurre que toutes les autres...



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 201
Célébrité choisie : Dylan O'brien
Disclamers : moué



MessageSujet: Re: MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)   Dim 25 Jan - 21:25

« Crois moi il y à des secrets qu'il vaut mieux ne pas dévoiler... »  Cette remarque fit sourire le sorcier, quand elle ne faisait pas sa petite chef, elle n’était pas si détestable que cela non plus, quand elle n’agissait pas comme une parfaite petite préfète. Car elle ne s’en rendait peut être pas compte mais elle pouvait être insupportable quand elle jouait à la petite dirigeante. « Tu m'as bien regardé Amstrïn ? Ne deviens pas insultant... » Il laissa un nouveau sourire sur le visage et dit alors : « Tu me connais, jamais je ne deviendrais insultant. » Ça c’était un mensonge, un vrai mensonge, car il pouvait rapidement être le type de mec que vous ne pouvez supporter car il devient insultant, surtout avec sa préfète favorite. Mais, il essayait de ne pas trop dépasser les bornes avec Leonie, ne voulant pas trop frôler le renvoie non plus, car s’il ne pouvait pas réussir ses études, qu’allait-il faire de sa vie sans le quidditch ? Rien, il ne se voyait pas travailler sur le chemin de traverse dans un commerce comme il le faisait à chaque fois durant les vacances d’été. Non. « J'ai toujours su que tu avais des goûts moisis... »  Cette fois, ce fut un petit rire qu’il laissa échapper, avant de répondre avec un air coupable : « Tu as raison, Goyle c’était le pire choix imaginable, je me suis laissé mener en bateau par son joli minois, comme quoi il ne faut pas se fier à la couverture d’un livre. » Ce n’était pas faux, cette fille était… Belle, mais il n’avait aucune atome crochu avec elle, et en n’aurait sans l’ombre d’une doute jamais. « La rumeur dit que tu en es la preuve vivante Amstrïn. » Répondit-elle quand il dit qu’être canon ne faisait pas tout. Il rit un peu jaune avant de dire : « Ah, c’est là que notre chère préfète se trompe. » Il esquissa son plus beau sourire charmeur – pas qu’il ait envie de la séduire, mais il était toujours comme cela, avec son sourire ravageur. Toute sa vie il s’était caché derrière, il n’avait pas envie de laisser des gens s’approcher d’un peu trop près, et un sourire, c’est le meilleur moyen de les repousser. « Mais peut être que c'est toi qui est barbant... Et un piètre danseur... J'imagine que Cedrella n'est pas ravi non plus de son choix. » Elle ne devait pas être ravie non plus, c’était certain – elle avait fait ce choix en sachant qu’il était de sang pur, mais en sachant aussi qu’il n’était pas forcément à cheval sur le sang. Et puis, quand on choisissait de passer la soirée avec Archie on connaissait son pedigree, il n’était pas un type forcément très recommandable. « Tu serais surpris du danseur que je suis Pevensie, c’est elle qui m’a écrasé les pieds, n’inverses pas les rôles s’il te plait ! » Il était un bon danseur en plus, c’était un fait –il fallait savoir bien danser pour s’attirer les faveurs des filles durant les soirées. Il avait pas mal d’atout, celui d’être plutôt beau garçon, de savoir bien danser, quand il le souhaitait vraiment il pouvait être un véritable gentleman – mais il avait souvent de l’arrogance, c’est ce qui le rendait assez détestable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar






Parchemins envoyés : 125
Célébrité choisie : Lucy Hale
Disclamers : ava : bonds signa : petulia




    • GRIMOIRE MAGIQUE
      Relations:
      Goûts et dégoûts:


MessageSujet: Re: MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)   Dim 25 Jan - 22:23


Je bu une nouvelle gorgée de Bièraubeurre en jetant un oeil distrait sur la foule des élèves qui s'amusaient. La plupart des professeurs avaient l'air de bien s'amuser aussi. J'adorais quand le chateau se transformait ainsi. En fait, tous ces adultes qui nous faisaient cours, n'avait pas dû changer tant que ça depuis le temps où ils étaient eux même élèves ici. C'était ce que j'aimais le plus dans la période de Noël, outre les traditions, la neige, la famille. C'était une fête qui permettait systématiquement de retrouver son âme d'enfant, rien qu'en écoutant le son des cloches ou en regardant scintiller la neige sur les arbres. La soirée semblait bien se dérouler, sans accrocs, même si je gardais en tête les dernières recommandations de la directrice de garde l'oeil ouvert. Ah, c’est là que notre chère préfète se trompe. Amstrïn m'adressa son plus beau sourire de séducteur et je ne lui renvoyais qu'un sourire moqueur. Je ne savais pas trop pourquoi il aimait me rappeller sans cesse mon statut de préfète et notamment de préfète en chef. Peut être parce que ça l'énervait. Ou peut être aussi parce que j'en jouais énormément. Je devais bien l'avouer, ce statut me conférait une certaine autorité que j'adorais. J'avais déjà un petit côté madame-je-sais-tout et donneuse de leçon assez irritant à la base, si en plus on me donnait des responsabilités, il ne fallait pas s'étonner que je sois un peu... Disons un peu chiante. Tu serais surpris du danseur que je suis Pevensie, c’est elle qui m’a écrasé les pieds, n’inverses pas les rôles s’il te plait ! Je lui adressais un regard surpris. Si j'avais fréquenté toute ma vie les soirées mondaines  et les hautes sphères du monde magique, je n'avais aucun idée qu'Amstrïn pouvait être lui aussi un habitué des bals. Comme quoi, même après des années de lutte, on connaissait bien mal son rival. Mais je suppose qu'il y avait d'autre chose que j'ignorais sur lui, tout comme lui ignorait tant de facette de ma vie, y compris ma déficience auditive. Très bien, je te propose de prouver tes dires. Ce que j'étais en train de faire me surprenait moi même. Je crois que j'espérais bien qu'il soit un danseur minable, et que je puisse me moquer de lui. La musique changea pour devenir une valse anglaise. Trois temps, un classique. Je regardais du coin de l'oeil monsieur le roi de la danse, avec une idée en tête. Tu saurais danser la valse ? Je lui jetais un regard de défis. Archibald Amstrïn, m'accorderiez-vous cette danse ? C'était un peu étrange, j'avais l'impression qu'on était copains. Alors que notre rivalité datait de plus de 10 ans. Mais après tout, c'était la fête. Peut être que pour un soir, on pouvait être un peu moins imuvable l'un avec l'autre. Même s'il restait un crétin prétentieux à la tête comme une montgoflière.  



A HEART AS LOUD AS LION + You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)   

Revenir en haut Aller en bas
 

MAYBE WE STARTED THIS FIRE (YULE BALL)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OBLIVIATE ::  :: La gazette du sorcier :: Les déclarations du Ministère :: INTRIGUE N°1 - the yule ball :: INTRIGUE N°1 - the yule ball-

Sauter vers: